SOCIETE

Agroforesterie : le CIFOR-Cameroun ambitionne des plantations de 100 mille arbres dans la region du Centre

C’est à travers le projet Gorverning Multifonctional Landscapes (GML) traduit en français Gouvernance des Paysages Multifonctionnels, financé par l’Union Européenne que sera créée une forêt de bois énergie et fruitiers comestibles.

Par Ulrich Mmala

Le meneur de cette initiative n’est autre que le chercheur en agroforesterie, le Dr Awono Abdon. L’un des experts camerounais en environnement travaillant au Centre de Recherche Forestière International (CIFOR), Antenne Afrique centrale.《L’intervention dans la région du centre répond à une demande très élevée de bois-énergie dans la ville de Yaoundé comme dans des villes secondaires. Cela se traduit par une forte pression sur les écosystèmes forestiers naturels autour de la ville de Yaoundé.》déclare le Dr Awono Abdon.

Lancé en fin 2018, les premiers effets sont déjà perceptibles sur le terrain, comme l’a constaté le délégué départemental du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER) de la Lékié.

Monsieur Belibi Michel, s’est rendu dans les arrondissements d’Okola et Evodoula où il a effectué une visite de prise de contact avec les agriculteurs de ces localités situées dans la région Centre.

Au cours de ladite visite, le délégué départemental a été impressionné par la mise en place des pépinières de plus de 100 mille plants d’arbres de bois énergie et arbres fruitiers comestibles, répartis ainsi qu’il suit : pour les arbres de bois énergies nous avons, 35 mille plants de Indga, 35 mille plants d’acacia également. Et pour ce qui est des arbres fruitiers comestibles nous revèlons 10 mille plans de Bitter cola, 10 mille plans de mangue sauvage, et 10 mille plants de Ndjansan.

Et pour faciliter la mise en terre de ces plants déjà prévue pour des mois très proches, le Dr Awono Abdon a mis deux tricycles à la disposition des équipés sur le terrain, il s’agit des associations paysannes comme la SOCADYC COOP/CA. Ces engins permettront le transport desdits plans à destination des sites préparés pour les plantations. 《en réalité les plantations sont individuelles. Les plants seront donc distribués à ceux qui en voudront. Il s’agit de 100.000 arbres dont 70.000 à bois énergie en même temps apifères, avec des espèces telles que le Inga et l’accacia mandjoum et 30.000 autres arbres fruitiers comestibles et ornementaux parmi lesquels, le ndjanssan, l’andog et le bitter cola et comme arbre ornemental et médicinal le neem.》explique Alexandre Mmala Tsimi, technicien principal d’agriculture retraité, et coordonnateur des travaux du projet GML, dans la région du Centre

Toutefois, le Dr Awono nous révèle que l’effervescence même du projet GML, sera ressenti d’ici 4 ans lors la maturité de la forêt. Car des activités connexes y seront menées notamment l’apiculture et autres cultures qui permettront l’entretien de la forêt. 《Les plantations agroforestières sont destinées à l’approvisionnement des grandes villages et les sites des réfugiés en bois-énergie, sans oublier les fruitiers comestibles. La sécurité alimentaire passe par là car, autant les besoins d’énergie sont réglées à long terme autant les populations augmenteront leurs chance de trouver plus de nourriture.》renchérit le Dr Awono

Tricycle transportant les sacs de semences de Indga

Le bois énergie dans les ménages

Les villes du Cameroun sont des centres urbains en plein essor. Ici, l’approvisionnement en électricité n’est pas régulier pour la plupart des habitants. Ce qui entraine une ruée vers une consommation de plus en plus des ressources naturelles en premier rang le bois de chauffe. Un recours qui occasionne une pression accrue sur les forêts périurbaines et les mangroves. Et dans les zones reculées du pays notamment des bourgades potentielles fournisseuses la carence se fait déjà ressentir.

Le besoin énergétique et nutritionnel étant si accentué, les consommateurs dépendent en majorité du bois énergie surtout du charbon à côté du bois de chauffe. De nombreuses unités de production ne sont pas en reste. C’est le cas des boulangeries, des rôtisseries, des restaurants, des distilleries, ou des Sidérurgies.

L’urgence du projet GML

En raison de l’absence des sources d’énergie alternatives et de la demande croissante des centres urbains en charbon de bois, la production du bois-énergie devrait augmenter au cours des prochaines décennies. Cette forte demande des consommateurs entraine des impacts sur l’écosystème.

C’est dans ce contexte que le Centre de Recherche Forestière International (CIFOR) a mis en place le projet GML 6.3 qui a pour objectif, l’amélioration des conditions de vie des populations par la gestion efficace et durable des chaines de valeurs bois-énergie.

Dans ce projet, le Cameroun fait office de zone d’étude et recherche sur une période de quatre ans. Il est réalisé en deux phase. La première phase permet de bien caractériser les chaines de valeur bois-énergie et les flux transfrontaliers avec un accent particulier sur les institutions formelles et informelles qui servent de cadre d’action, leurs impacts environnementaux et les acteurs impliqués. La deuxième phase du projet qui consiste à développer et à tester des options de gestion durable des chaînes de valeur du bois énergie, à l’exemple des systèmes de production durable, les partenariats avec le secteur privé, les mécanismes de suivi, l’amélioration des normes, et le renforcement des capacités des associations de producteurs.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!