POLITIQUE

[OPINION] Joseph Béti Assomo, Chantre de la paix

Joseph Béti Assomo : Chantre de la paix

Le ministre délégué à la Présidence chargé de la Défense est sur plusieurs fronts, pour la paix et la sécurité des camerounais. La sécurité est un bien précieux pour un peuple, pour un pays et toutes les nations. Les dépenses de sécurité (armes, munitions, moyens militaires et hommes) occupent une grande place dans les budgets des Etats, qu’ils soient grands ou petits. Chaque pays du monde, qu’il soit une grande puissance ou un pays pauvre aspire à sa sécurité tant à l’intérieur que vis-à-vis de l’extérieur.

Cette propension à la sécurité devient encore plus exacerbée lorsqu’un pays est en proie à plusieurs fronts et plusieurs sources d’insécurité endogènes. La sécurité intérieure est ainsi menacée soit par des ennemis campés dans le territoire, compatriotes ayant décidé de se mettre au ban de la patrie ou mercenaires infiltrés dans le territoire ; soit par des forces étrangères hostiles.

Parfois, l’ennemi dangereux n’est pas celui que l’on croit. Dans le cas du Cameroun, on connaissait déjà les Boko haram, les « Amba boys », Field Marshal et ses comparses ; les agresseurs opérant dans des taxis et les voleurs de chèvres qui terrorisent les villageois.

La puissance de feu et les stratégies des Forces de défense mettent en déroutent, chaque jour, ces hydres qui reviennent toujours pour perturber la paix et la sécurité des camerounais. En engageant les Forces de défense dans la bataille contre le Covid-19, Joseph Béti Assomo retrouve entièrement ses missions principales : assurer la sécurité de tous les camerounais et sur toute l’étendue du territoire camerounais.

Certains pourraient être tentés de plaindre ce jeune homme qui depuis l’administration territoriale (préfet et gouverneur) jusqu’à sa promotion comme ministre de la Défense n’aura connu que les fronts de batailles. Dans le Mfoundi, comme préfet, c’étaient des batailles d’élites, des affrontements larvés entre autochtones et allogènes.

Dans l’Extrême-Nord, c’est au moment et pendant les premières actions sanglantes de Boko haram. Le Wouri, qui n’a jamais été un long fleuve tranquille, l’aura vu passer dans sa conquête de la sécurité des biens et des personnes. Le Ministère de Défense est un poste de commandement du haut duquel il doit gérer plusieurs crises, guerres et foyers d’insécurité disséminés aux quatre coins du Cameroun. C’est ce qu’on appellera une force de défense.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!