POLITIQUESOCIETE

Conférence annuelle: Les 4 priorités du MINTP en 2021 pour la maîtrise des coûts liés aux infrastructures routières

À l’issue des travaux de 72h, liés à la Conférence annuelle des services centraux et déconcentrés du MINTP, plusieurs recommandations ont été arrêtés dans ce sillage. Entre maîtrise des coûts des infrastructures routières, l’utilisation de matériaux locaux ou l’accompagnement des CTD, les perspectives ont été définies pour l’exercice 2021.

S’agissant de la maîtrise des coûts, l’exposé de l’Inspecteur Général des Services Tang Ahanda a été suffisamment explicite. « Certaines études font état que les coûts des travaux routiers au Cameroun
sont de 2 à 6 fois ceux de certains projets comparables dans le monde ; Si on peut reconnaître au niveau de certains intrants, des coûts effectivement
élevés (ciment), il faut dire que dans ce domaine comparaison n’est pas
raison, car très souvent, on compare rarement des choses similaires » peut-on lire dans le rapport. Pour exemple, le tracé Kumba-Mamfé Lot 1 dans la région du Sud-Ouest, long de 104 kms dont le coût prévisionnel était de 36 milliards de FCFA pour un coût final de 34 milliards soit 2 milliards en moins. Pour les ouvrages de franchissement, d’art ou même l’entretien routier les réalités sont sensiblement les mêmes.

Au sujet des Collectivités territoriales décentralisées

Avec un réseau communal long de 98 130 kms dont 96 568 kms en terre, le chemin est encore long. Mais le MINTP envisage la vulgarisation des outils de pilotage projets aux Communes, la mise à disposition de la logistique, le suivi des projets pour des résultats efficients au sein des collectivités. Le Conseiller Technique numéro 1, AKONO MVONDO a été transparent durant son déroulé.

« Le coût relatif de différents types de routes non revêtues par rapport à une route revêtue de 6 m de large et de 9 m d’emprise, dont le prix a été ramené à un indice de valeur 100, montre que, pour le même investissement, on peut construire quatre fois plus de routes non revêtues de bon niveau de viabilité que de routes revêtues et dix fois plus de kilomètres de route en terre, ce qui est particulièrement important pour les pays à faibles ressources et à faible trafic » fait savoir l’exposé.

De la pertinence des contrats

Dans la région de l’Est, le tronçon de route LOMIÉ-MEPOLE-ALAT-MAKAY long de 61,8 km, attribué à OBEMO COMPANY SARL, dont les travaux sont estimés à 36% et un bilan technico financier a été transmis par le DDTP du Haut Nyong en date du 03 novembre 2020 suite à la correspondance N°5651 du 05 octobre du MINTP relative à la clôture amiable du contrat passé avec cette entreprise. Tout ceci dans une optique de rationalisation des contrats y afférents.

S’agissant du béton de sol, le recours aux matériaux disponibles pour stabiliser les dits sols, ont été éludés par les délégués régionaux. Toutefois, le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi a insisté sur le fait d’avoir des coûts réalistes, suffisamment revus à la baisse et convenant à la structure de chaussée attendue, avec un recours au bordereau des prix unitaires en mettant l’accent sur ce qui rentre dans la composition des prix;

Et enfin, les délégués régionaux et départementaux devront se doter d’une boussole pour l’exercice 2021 avec un plan d’action présentant au préalable l’état du réseau routier et les stratégies nécessaires à mettre en oeuvre.

Lire aussi: Conférence Annuelle du MINTP: L’accompagnement des Collectivités territoriales en ligne de mire

Génie civil: Inauguration prochaine d’une usine d’assemblage d’engins à Kribi

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!