AUTRESCULTURESOCIETE

Cameroun- Gastronomie: À quand les contrôleurs d’hygiène dans nos restaurants?

Selon les chiffres du Ministère du Tourisme au 30 Novembre 2020, le Cameroun compte pas moins de 450 restaurants. Une existence gastronomique que devrait utiliser le pays pour une position stratégique mondiale dans le sillage de la culture. Aujourd’hui, entre des espaces malpropres, la pratique de la corruption, le dysfonctionnement des annotations gastronomiques, la qualité-prix, un problème majeur inquiète les camerounais: Mangeons nous des repas sains dans nos restaurants, fast-food et espaces connexes. Cette préoccupation soulève un danger auquel les citoyens sont confrontés: La quasi inexistence des contrôleurs d’hygiènes dans les restaurants locaux, et à l’heure des nouveaux défis de la restauration en ligne couplée aux livraisons à domicile depuis 2015. À moins de 4 jours de l’ouverture du CHAN 2021, le voile n’est toujours pas levé pour assurer la non toxicité alimentaire à nos hôtes africains et bien après la compétition. Regards.

Au Cameroun, pour le cas de la restauration rapide, il y a une ruée des consommateurs vers les restaurants de la rue, qui offrent majoritairement des repas à la qualité douteuse.

Ces repas sont vendus dans des marmites que les commerçants baladent de quartier en quartier sous le soleil, la pluie ou la poussière. Certains de ces aliments sont conservés dans des matières plastiques non biodégradables dont la commercialisation est pourtant interdite au Cameroun depuis 2014.

 

Au sein des ministères, sont livrés dans les administrations, certains mets. Pour d’autres, il s’agit d’un chassé-croisé. Les restaurants « privés » présents autour des ministères appartiennent généralement aux épouses des cadres à Yaoundé, et échappent à tout contrôle sanitaire et fiscal. Un véritable danger alimentaire pour de nombreuses personnes qui viennent manger.

À Yaoundé, aucun restaurant classé ne vend son plat à moins de 2 000 FCFA. Ils sont donc hors de prix pour les camerounais majoritairement à faible revenu. Si les vendeuses nichées à Bastos, Nlongkak, ou encore École de Police détiennent des prix parfois moyens, on constate souvent pendant de longues heures, l’inexistence de contrôles fortuits par les agents du Ministère du Tourisme et des Loisirs, qui est pourtant compétent en la matière. Le Cameroun devrait assurer la sécurité gastronomique de ses consommateurs comme cela est fait dans les pays dits sérieux. Ces contrôles sanitaires s’effectuent avec exception dans les grands hôtels et espaces dédiés aux fortunés locaux ou étrangers.

Ce que devrait faire le Cameroun

Depuis le 3 avril 2017 en France, les consommateurs peuvent se rendre sur l’application Alim’confiance ou le site internet pour accéder aux résultats des contrôles d’hygiène alimentaire ayant été réalisés dans les établissements de restauration. Légitime attente des consommateurs, la réglementation HACCP et le contrôle d’hygiène alimentaire apparait souvent comme la bête noire des restaurateurs ; d’autant qu’il peut survenir à tout moment et mener à de lourdes sanctions si l’application des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire est jugée insuffisante. Les contrôles sont effectués par la DDPP (Direction départementale de la Protection des Populations) qui vérifie l’état des locaux et veille au respect des règles de propreté, de désinfection et de décontamination. Enfin les agents de la DDPP procèdent à un contrôle bactériologique des denrées alimentaires. Si les contrôles d’hygiène alimentaire peuvent faire peur, une bonne connaissance des règles d’hygiène en vigueur et l’application de mesures de bon sens et de moyens de maitrises des risques sanitaires permettent aisément de voir ces contrôles comme de simples visites de routine et d’échapper au stress qu’ils pourraient générer. Suivre une formation HACCP, rendue obligatoire depuis le 1er octobre 2012, permet non seulement de connaitre l’intégralité des règles et des risques dans le secteur de la restauration mais aussi d’aborder ces contrôles d’hygiène avec sérénité. Dans cet article nous vous expliquons en détails comme se déroule un contrôle d’hygiène alimentaire et comment se préparer à ce type de visite, en grande partie grâce à l’HACCP. Enfin nous vous révélons quels sont les risques et les sanctions en cas de mauvais contrôle d’hygiène.

Ce que doit faire un contrôleur d’hygiène au Cameroun

Notez tout d’abord que lors d’un contrôle d’hygiène, un inspecteur peut tout à fait réaliser de manière anonyme ses premières observations comme la vérification de la propreté de la salle, la tenue des employés ou encore les prix affichés. Impossible donc de préparer un contrôle sanitaire : celui-ci peut survenir à tout moment !

L’inspecteur sanitaire inspecte ensuite de nombreuses procédures et règles d’hygiène dont nous vous livrons ci-dessous une liste non exhaustive. A noter que la plupart de ces procédures auront été apprises lors d’une formation donnée par le MINTOUL et qu’il s’agira donc d’une vérification de leur bonne application. Sachez également que les agents sanitaires ont le droit de demander l’autorisation d’accéder à tous les espaces de votre local et d’analyser l’ensemble des installations, du matériel et des denrées présents dans votre établissements.

Exemples d’inspections réalisées lors du contrôle sanitaire :

  • L’hygiène du personnel
  • L’état et l’entretien des locaux et du matériel
  • La conservation et le stockage des produits
  • Les procédures mises en place dans la lutte contre les dangers microbiologiques et bactériologiques
  • L’hygiène des manipulations des denrées et de l’eau
  • Le contrôle de la température réglementaire et de l’état des chambres frigorifiques

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance