SOCIETE

Polémique : Le sous-préfet de Bazou s’est marié

L’autorité administrative a convolé en justes noces samedi dernier à Bertoua, loin des intrigues qui avaient suivi l’appel de son supérieur hiérarchique venu l’installer, à changer de statut matrimonial.

 

François F. Etapa ainsi que le gratin politico-administratif du Ndé, étaient à Bertoua le week-end dernier, pour assister au mariage civil et religieux de M. Kani Emtsoe Patrick, l’administrateur civil qui exerce les fonctions de sous-préfet de l’Arrondissement de Bazou. Ce n’était pas le premier sous-préfet qui se marie. Ni lui, ni sa conjointe n’avaient d’ailleurs de distinction particulière. Répondant à une question taquine du maire de Bertoua 1er, le samedi 28 novembre 2020, sur les motivations de son union avec Vinciane N. S. l’intéressé a dit répondre à un appel divin car c’est Dieu qui a institué le mariage. Mais lors de la soirée de gala que les mariés ont offert à leurs invités à la salle des conférences du grand séminaire de Bertoua, le représentant de sa famille n’a pas manqué de saluer la forte délégation qui est venue assister à la concrétisation d’une instruction de sa hiérarchie. « Nous sommes le 28 novembre 2020, donc avant janvier 2021 », a-t-il précisé avec sérieux, à la satisfaction des acteurs dont deux préfets .

Lors de sa prise de commandement le 25 juin 2020 et au cours du rituel de la présentation de l’administrateur civil de 35 ans, nommé le 10 juin 2020 par décret présidentiel, le préfet du Ndé avait déclaré, dans un ton enjoué mais ferme que Patrick Kani Emtsoe devait changer de statut matrimonial avant le 31 décembre 2020. « C’est probablement ces nombreuses contraintes … qui ne lui ont pas permis de parachever le processus du mariage et qui l’ont jusque-là confiné dans ce statut hybride qu’il qualifie affectueusement de fiancé, mais qui en réalité ne s’accommode pas avec la fonction préfectorale. Voilà pourquoi, je voudrais publiquement instruire ce jeune collaborateur de régulariser cette situation le plus tôt possible, en tout cas, au plus tard le 31 décembre de cette année, car Bazou a besoin d’une première dame au sens complet et noble du terme. Donc j’attends impatiemment mon carton d’invitation », avait lâché François Etapa.

Après des cris d’étonnement et des youyous hypocrites, l’instruction avait échoué sur les réseaux sociaux et ils sont nombreux, ceux qui pariaient sur l’incapacité du nouveau sous-préfet à trouver et épouser une bonne femme en six mois. Certains parlaient même de « cœur à prendre », s’agissant de l’ancien adjoint préfectoral d’Abong Mbang dont la campagne présente sur les lieux, présentait des signes visibles de grossesse.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!