INTERNATIONAL

Madagascar: Une Crise d’eau et d’électricité qui annonce une explosion sociale

La queue interminable des bidons jaunes envahit les quartiers.

La grogne commence à monter au niveau des réseaux sociaux concernant la crise d’approvisionnement en eau et électricité dans plusieurs quartiers des grandes villes.

La Jirama a annoncé un délestage pour plusieurs quartiers de la ville. Une situation qui a été déjà vécue dans la cité depuis quelques jours où les coupures d’électricité commencent à se multiplier. Selon la compagnie nationale d’eau et d’électricité, le problème est lié à l’étiage des eaux qui alimentent le barrage d’Andekaleka et qui impacte ainsi la turbine qui devrait, en effet, rabaisser la cadence. Du coup, la production d’électricité se voit réduite de presque 77% de son rythme habituel. En temps normal, selon la Jirama, Andekaleka produira 93MW mais actuellement, le barrage n’est qu’à seulement 23MW. Et les consommateurs de la Jirama se trouvent ainsi dans l’obligation de vivre des coupures qui peuvent aller d’ « environ 2 heures » par jour, selon la Jirama. Pourtant, ces derniers refusent d’avaler la couleuvre.

La queue interminable des bidons jaunes envahit les quartiers.

La grogne commence à monter au niveau des réseaux sociaux concernant la crise d’approvisionnement en eau et électricité dans plusieurs quartiers des grandes villes.

La Jirama a annoncé un délestage pour plusieurs quartiers de la ville. Une situation qui a été déjà vécue dans la cité depuis quelques jours où les coupures d’électricité commencent à se multiplier. Selon la compagnie nationale d’eau et d’électricité, le problème est lié à l’étiage des eaux qui alimentent le barrage d’Andekaleka et qui impacte ainsi la turbine qui devrait, en effet, rabaisser la cadence. Du coup, la production d’électricité se voit réduite de presque 77% de son rythme habituel. En temps normal, selon la Jirama, Andekaleka produira 93MW mais actuellement, le barrage n’est qu’à seulement 23MW. Et les consommateurs de la Jirama se trouvent ainsi dans l’obligation de vivre des coupures qui peuvent aller d’ « environ 2 heures » par jour, selon la Jirama. Pourtant, ces derniers refusent d’avaler la couleuvre.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!