CULTURE

« I Have a Dream » : Yvon NGASSAM a-t-il travesti Martin Luther King pour noyer son rêve?

L’artiste a conjugué les réalités camerounaises autour d’une phrase mythique, d’un pasteur américain et militant des droits civiques qui a marqué son temps : Nous sommes le 28 Aout 1963. 57 ans plus tard, l’immersion dans les confins de son exposition, dont le vernissage a eu lieu le 4 décembre 2020 au CIPCA-Yaoundé, a su déchainer un torrent d’interrogations dont la matrice est la suivante : A-t-on les clés de compréhension du bonheur face à un monde à la fois extraverti et introverti?

Nous avons tous des rêves. Lointains ou proches, nous en sommes les principaux vecteurs. L’environnement dans lequel est née une personne, peut rapidement se transformer en « mouroir » ou en véritable «  paradis ». L’artiste Yvon Ngassam, a invité le public à la réflexion, plus à l’introspection. Une démarche qui a débutée par l’observation, le partage de savoirs, et une bonne dose de curiosité. C’est d’ailleurs la ligne qui l’a guidée pour son exposition qui court jusqu’en janvier 2021 « I Have a Dream ».

Que sera l’Afrique demain ? Quelle Afrique, quel monde voulons nous pour nos enfants, pour le futur ? Autant de questions dont les pistes de réponses, ont été introduites dans les sages paroles de Léopold Sédar Senghor, plus qu’un hommage, il s’agit d’une bouffée à l’histoire, une salve d’espoir et d’audace.

L’immortalité d’un Patrimoine très souvent méconnu

Les masques Gèlèdè par exemple qui sont cités dans le patrimoine immatériel et oral de l’UNESCO sont des traits de culture Yoruba présents au Nigéria. Chez les Yoruba, les masques Gèlèdè sont bâtis sur un même principe : un visage (du type masque-heaume) et une scène qui se développe sur le haut du masque. Ceux-ci sont utilisés dans le cadre de mascarades dédiées aux femmes dans leur dimension maternelle et divine. L’artiste contemporain Stephan Goldrajch s’inspire de ce modèle de masques pour mettre en avant le Patrimoine Africain dans ses œuvres.

A la croisée des chemins, nos éternels « Zemidjan »

Le taxi-moto est une mutation évolutive du taxi-vélo, forme artisanale de transport apparue au milieu du XXe siècle dans plusieurs régions d’Afrique, notamment au Kenya, au Sénégal et au Nigeria. Plus récemment au Cameroun. L’apparition du Zemidjan au Bénin remonte vers les années 1970 sous l’initiative d’un homme, du nom de Jules Ahotin, qui décide d’utiliser sa moto pour transporter les vendeuses d’akassa, dans la région de Porto-Novo, la capitale administrative du Bénin. Le zémidjan s’est répandu progressivement à d’autres en Afrique. Au Bénin le phénomène connaît une rapide amplification en raison de la paupérisation massive de la population suite à la crise économique, et la faillite des sociétés publiques de transport.

Toutefois, il rentre comme élément de socialisation en Afrique subsaharienne à cause de 2 facteurs à savoir: son rôle de déversoir de notre quotidien, et surtout de mode rapide en termes de mobilité. Pas moins de 6 camerounais sur 10 empruntent au moins une moto par semaine. Et dans ce schémas, le moto taximan prend l’indélicatesse des fois, de-vous conter une histoire, comme une sorte de griot urbain étrange. Cette façon de faire, marque une certaine expiation de péchés ou sinon d’accalmie, et nous met dans une posture de psychologue d’un moment. Parfois inconfortable, leur présence s’est certes noyé dans notre paysage, mais a surtout permis d’évangéliser les esprits vers la considération spirituelle de nos métiers : chauffeur de camions, professeur, et que dirai-je encore. Nous sommes en constante perspective quel que soit le geste. « I Have a Dream », oui. Allez le découvrir au CIPCA Yaoundé!

Lire aussi: Patrimoine: Dialogue de Cultures entre l’Ambassadeur de France Christophe Guilhou et le CIPCA

Festival International de mouvements, danses & performances Acte 4: La créativité à l’honneur

Yaphoto acte 4 : Une exposition qui appelle à la remise en question

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!