SPORT

Conflit Fécafoot/Ligue de football : Blocage à la Primature

La réunion présidée par le Secrétaire général des services du Premier ministre s’est achevée en queue de poisson par un refus de Pierre Semengue de signer le protocole d’accord vendredi, 27 novembre 2020.

 

L’on est encore loin de voir le bout du tunnel dans l’affaire qui oppose la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) à la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc). Au fil des jours, les positions se radicalisent. Une autre rencontre des protagonistes, sur convocation du Secrétaire général des services du Premier ministre, s’est achevée en queue de poisson. Et pour cause : le document présenté sous forme de protocole d’accord au président de la Lfpc, le Général Pierre Semengue, n’a pas rencontré son adhésion directe par rapport à son contenu. Pour cela, il a demandé un temps de réflexion avant toute prise de décision de sa part. Prenaient part à cette réunion, selon le document qui a circulé sur les réseaux sociaux, l’Inspecteur générale des services au ministère des Sports et de l’Education Physique, Michel Dissake Mbarga, le président de la Fécafoot Seidou Mbombo Njoya, le président de la Lfpc le Générale Pierre Semengue, les représentants des clubs à savoir Franck Happi d’Union de Douala, Prosper Nkou Mvondo de Ngaoundéré Fc, et Norbert Nya Nkamenjo de Fauves Azur Elite. Gérémi Sorel Njitap et Roger Milla représentaient le Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc)

Un championnat sans challenge

Tous les autres participants ayant apposé les signatures au bas de ce protocole d’accord à l’issue de la réunion autour de 17h, le président de la Lfpc a souhaité réfléchir avant de se prononcer sur ce protocole d’accord en 15 points. Et de ce fait, il est sorti de la salle, accompagné d’Abdouraman Hamadou, le président d’Etoile filante de Garoua. L’état de santé du Général Pierre Semengue, selon nos sources, ne lui permettant plus de tenir longtemps pour cette rencontre qui avait commencé à 14h. Selon nos informations, les points 3, 4 et 14 ont poussé le Général Pierre Semengue à se rétracter. Le point 3 évoque le calendrier des championnats et les règlements que la Fécafoot mettra à la disposition de la Lfpc. Or, l’Assemblée générale de la Lfpc tenue le 27 octobre 2020 avait validé le calendrier ainsi que le Règlement du Championnat de Ligue 1. « Le championnat de Ligue 1 se disputera avec toutes les équipes évoluant actuellement dans cette Ligue. Au terme de la saison sportive 2020/2021, un champion et un vice-champion seront désignés. Toutefois, aucune équipe de la Ligue 1 ne sera reléguée en Ligue 2 quel que soit le classement final à l’issue du championnat », lit-on sur le point 4. Ce qui signifie que le championnat n’aura aucun challenge, selon des observateurs.

Le point 14 semble être celui ayant fait réfléchir le président de la Lfpc : « Les acteurs du football camerounais s’engagent à arrêter toutes les procédures pendantes devant les juridictions nationales et internationales, dans l’intérêt supérieur du football et des footballeurs ». Ce qui, de l’avis de plusieurs acteurs du football camerounais, semble absurde. La Lfpc a ses procédures auprès du Tribunal arbitral du sport (Tas), dont l’une ayant déjà produit une sentence en sa faveur et une ordonnance en appui. L’autre procédure concernant les acteurs du football au Tas est celle d’As Meiganga et consorts, les clubs amateurs du Cameroun (Acfac) contre la Fécafoot, visant l’annulation de l’ensemble du processus électoral ayant conduit Seidou Mbombo Njoya à la tête de la Fécafoot. D’aucuns se sont posés la question de savoir si le président de la Lfpc, en apposant sa signature au bas de ce protocole d’accord, engagerait les clubs amateurs du Cameroun, non représentés dans cette réunion. Abdouraman Hamadou y étant en tant que l’un des représentants de la Lfpc et pas pour représenter les clubs amateurs

Deux documents antino- miques en une semaine

Pourtant, un premier communiqué avait été préparé à l’issue de la rencontre du 19 novembre dont les conclusions étaient attendus ce même jour à la présidence de la République, selon les hautes instructions du chef de l’Etat. Nos sources indiquent que le président de la Fécafoot n’avait pas signé ce document au motif d’attendre le rapport qu’il a adressé au préalable à la Fifa. Ces conclusions étaient totalement différentes des éléments contenus dans le protocole d’accord de vendredi dernier. Ce qui est constant est que le football prend un coup avec le championnat qui ne se dispute toujours pas, au grand dam de la sélection nationale A’ devant prendre part au Chan Total Cameroun 2021, dont le coup d’envoi aura lieu le 16 janvier prochain. Martin Ndtoungou Mpilé, le sélectionneur national, n’a toujours pas l’occasion de prospecter en dehors de l’effectif dont il dispose en ce moment. Ce qui constitue, ce que l’on appelle la perte d’une chance.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!