ECONOMIE

Ressources Minières: Le Cameroun a exporté 705,59 carats de diamants en 2020

1023,58 carats de diamant, pour une valeur de 35,3 millions de FCFA ont été saisis et seront régularisés et commercialisées dans les circuits formels de l’Etat, pour que ce dernier puisse recouvrer les recettes y relatives. 2438,71 carats ont été tracés dans les circuits formels pour un montant de 113,2 millions de FCFA.

Pour 702,59 carats d’une valeur de 35,2 millions de FCFA ont été certifiés, avec en bout de chaîne 7,3 millions de FCFA générés au titre des impôts et taxes. Tels sont les résultats qu’affichent le secteur du diamant au Cameroun pour le compte de l’année 2020. Les données sont étés révélées par le Secrétariat national permanent du processus de Kimberly (Snppk), au cours de la session du comité de mise en place du système de certification du Processus de Kimberly, tenue le 11 novembre à Yaoundé.

A ces données l’on note aussi les exportations du pays qui se chiffrent sur cette même période à 702,59 carats de diamants d’une valeur de 35,2 millions de FCFA. Ceci fait suite à la crise sanitaire du Covid-19 qui a entrainé la fermeture des frontières, quoique plus tard les Etats ont procédé à leurs assouplissements. Des résultats qui ont été rendus possible grâce à la mise à dispositions des équipements mis à la disposition du Snppk grâce à l’appui des pouvoirs publics pour détecter l’or ou le diamant dans les aéroports. Pour le compte de l’année 2019, le Secrétariat permanent national du processus de Kimberley révèle qu’il a pu tracer une production d’un peu plus de 1595 carats de diamant. Bien qu’une partie de celle-ci ait terminé sa course dans les circuits informels, l’on a alors exporté 654 carats pour un peu plus de 45 millions de FCFA. Ceci grâce à la délivrance aux opérateurs de sept certificats. Pour l‘année d’avant les exploitants miniers en activité ont produit un peu plus de 1 791 carats de diamants, tracés de 30 sites de production actuellement actifs, sur les 46 recensés sur l’ensemble du territoire camerounais.

Pour rappel, le processus de Kimberley est un mécanisme international permettant de tracer les diamants commercialisés dans le monde, afin d’éviter que ces pierres précieuses servent à financer des guerres dans divers foyers de tension sur la planète. Il a été initié par l’ONU en Janvier 2003. Depuis, lors 76 pays, soit 99,8 % de la production mondiale de diamants bruts, y participent. Il a alors pour but l’amélioration du suivi de la traçabilité des diamants bruts des mines au SNP/PK, la création d’un commerce de diamants plus transparent et mieux cerné, l’augmentation des revenus de l’Etat et l’attraction des devises.

Au Cameroun, le processus de Kimberly est représenté par son Secrétariat national permanent. La situation du Cameroun selon le Snppk, se présente telle que : 41 occurrences de diamants alluvionnaires, un potentiel important de diamants alluviaux sur la ligne transfrontalière Batouri, Yaoundé, Ebolowa et une estimation du potentiel diamantifère alluvionnaire entre 3 et 5 millions de carats.

Source: Ecomatin

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!