CULTURELIFE STYLE

Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt: « Il est désormais temps de positionner la ressource immatérielle comme un levier structurant pour un développement durable »

Le Ministre des Arts et de la Culture a émis plusieurs plaidoyers concernant l’importance du cinéma dans l’univers culturel camerounais. C’était à l’occasion de la cérémonie de clôture de la 7ème édition du Festival YARHA ce dimanche 22 Novembre 2020 à Yaoundé, ou le Chef de ce département ministériel a tenu à discours haut en couleurs. La Rédaction du Quatrième Pouvoir vous en propose la teneur.

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DES ARTS ET DE LA CULTURE A L’OCCASION DE LA CÉRÉMONIE DE CLÔTURE DE LA 7ème EDITION DU FESTIVAL YARHA, YAOUNDÉ, 22 NOVEMBRE 2020.

 

  • Fellow Members of Government;
  • Dear Representatives of the diplomatic and consular missions;
  • The General Delegate of the Yarha Festival,
  • Fellow professionals of the film and audio-visual professions;
  • Distinguished guests;
  • All Protocol duly respected;
  • Ladies and Gentlemen.

 

It is with deep emotion and a feeling of satisfaction that I am speaking to you this evening, on the occasion of the closing ceremony of the 7th edition of the YARHA Film Festival. It is emotional because the holding of this festival is an indication of the resilience of its promoters, despite the consequences of the coronavirus pandemic, which have negatively impacted the world of artistic creativity.

The source of my satisfaction also lies in the ability of Mrs Sylvie NWET, the General Delegate of this festival, to keep the promise of its programming, which is a sign of respect not only for the commitment made to film lovers, but above all, for its professionalism.

Mrs. Sylvie NWET, a dynamic, ambitious, audacious and determined woman, has always made efforts to promote Cameroonian cinema in search of its rightful place in the world. It is for this reason that the Ministry of Arts and Culture has been renewing its diverse support to her.

 

Mesdames et messieurs les professionnels du cinéma,

Permettez-moi de saisir cette tribune, pour vous rendre un hommage appuyé et bien mérité. Car malgré les répercussions néfastes de la pandémie COVID-19 qui est une crise de santé publique mondiale, également une crise a la fois économique et sociale sans précédent ; qui éprouve les artistes et tous les citoyens, vous avez ; en organisant la 7ème édition du Festival YARHA du 15 au 22 novembre 2020 à Yaoundé, grâce au courage, à la créativité, à votre précieuse expérience et le professionnalisme, dont chacun d’entre vous a fait montre, vous avez, dis-je, réaffirmé la capacité de résilience des femmes du cinéma en particulier et celle de tous les professionnels du Cinéma en général.

Au moment où les rideaux tombent sur la 7ème édition du Festival YARHA, j’adresse solennellement à madame Sylvie NWET, Délégué Générale et à toute son équipe nos sincères félicitations pour tous les laborieux efforts consentis pour assurer le succès des activités de cette édition qui entre autres a ravivé la flamme du 7ème art et surtout permis la consolidation des valeurs du vivre ensemble, de convivialité, de fraternité, dans la chaleur communicative, la proximité des corps et des esprits dans les salles de spectacles où ont été projetés les films.

J’adresse également tous mes remerciements aux fidèles partenaires et à toutes les autres entités qui se sont engagés pour la tenue effective de cet évènement, placé sous le thème « le Cinéma au service du développement durable en Afrique ».

            A priori, cette thématique s’inscrit dans une perspective de développement, avec en prime, l’art et particulièrement le cinéma comme un vecteur du développement durable et de paix qui doit être intégré dans la prise de décision tant à l’échelle nationale qu’internationale.

Face aux contraintes d’un monde qui connait des mutations liées au numérique et au capitalisme de l’immatériel, la nécessité de repenser les conditions du développement du continent africain et particulièrement du Cameroun semble opportune, elle est même un devoir. Parce que l’industrialisation par les ressources naturelles du sous-sol et des minerais n’est plus exclusive. Il est désormais temps de positionner la ressource immatérielle comme un levier structurant pour un développement durable et un rayonnement de notre pays par la culture.

Le Gouvernement, à travers le Ministère des Arts et de la Culture reste attentif à toutes les propositions qui pourraient nous permettre de sortir de l’ornière.

À travers la projection des films, vous avez, le temps d’une semaine, fait revivre le cinéma camerounais. Vous avez aussi su raviver les passions et inscrire votre engagement dans une dynamique de découverte et de renouvellement des talents. C’est l’occasion pour moi de saluer la collaboration technique avec l’Union Européenne dont l’apport en matériel dans les prochains jours pour l’association « Yaoundé Revival Art » va servir à la production et aider les jeunes talents à se révéler. C’est une initiative salutaire.

Je voudrais saisir cette opportunité pour marquer toute notre satisfaction et louer l’engagement de tous les sponsors, les mécènes et les missions diplomatiques engagés dans cette merveilleuse aventure qui n’ont cessé de manifester leur soutien au projet YARHA depuis la première édition

 

Mesdames & messieurs, distingués invités, chers festivaliers,

À la faveur de la loi n°2020/011 du 20 juillet 2020 régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun, le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, Chef de l’Etat, a doté le sous-secteur art et culture, d’un instrument juridique qui, permettra sa structuration en fédérations dans l’objectif de regrouper les professionnels par discipline, en associations, pour le meilleur développement quantitatif et qualitatif de la production artistique et culturelle au Cameroun.

Ces regroupements en fédérations que nous appelons de tous nos vœux viendront combler un vide dans la recherche commune des solutions que devraient trouver les artistes à leurs problèmes les plus élémentaires. Dans cette perspective, et dans une démarche inclusive, nous restons ouverts pour toute proposition dans le cadre de la rédaction des textes d’application qui viendront accomplir la vision fédératrice qui sous-tend l’application de la loi que nous avons évoquée et qui va désormais gouverner le mouvement artistique et culturel national.

De même, la nouvelle stratégie nationale de développement, cadre de référence de l’action gouvernementale pour la période 2020-2030 en abrégé SND 30, considère désormais le sous-secteur Arts et Culture comme l’un des piliers de la transformation structurelle de l’économie. Cette prise en compte du domaine des Arts et de la Culture dans l’agenda de développement, la SND30, vient démontrer la place prépondérante de la culture comme vecteur de la croissance. Par cette orientation, le Gouvernement entend développer les Industries Culturelles et Créatives à travers la mise en place des plans de développement intégrés des filières. Dans ce nouveau cadre, l’industrie cinématographique est appelée à jouer un rôle majeur en tant que pôle de création de richesse et d’expression des talents.

Par ces actes majeurs d’attention particulière du Chef de l’Etat à l’endroit du sous-secteur des Arts et la Culture, le cadre de modernisation réglementaire de ce secteur trouve enfin l’ancrage nécessaire pour son envol économique et pour un développement durable.

 

Mesdames et messieurs les professionnels du cinéma,

Je sais pouvoir compter sur vous pour saisir l’ensemble des opportunités que présente le nouvel environnement de la culture camerounaise érigé en catalyseur majeur de notre développement.

 

Vive le Festival YARHA ;

Vive le Cinéma camerounais ;

Vive le Ministère des arts et de la Culture ;

Vive le Cameroun et Son illustre Chef, Son Excellence Paul Biya, Président de la République, Chef de l’Etat.

Lire aussi: Associations artistiques et Culturelles: Le torchon brule entre le MINAC et les Artistes

[CINÉMA] Sylvie NWET : « Nous n’allons pas promouvoir la médiocrité vis-à-vis des productions camerounaises »

Festival International Yarha Acte 7 : Ça tourne dès le 15 Novembre!

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!