SOCIETE

Le village Dii à Yaoundé : << apprendre aux enfants à pêcher>>

La grande communauté DII du Cameroun initie ses membres et sympathisants de la ville de Yaoundé la culture de l’igname.

Par Ulrich Mmala

L’initiative est portée par le commissaire divisionnaire Mohammadou Bello, président d’honneur de l’association des jeunes DII et sympathisants du Cameroun. Il se sont retrouver de façon conviviale et en famille dans la ville de Mfou en présence des tribus locaux (Betis) pour apprendre les techniques de la culture de l’igname.

Pour sa majesté Mohammadou Bello, le but est de permettre aux enfants fils et filles DII de voler de leurs propres ailes. Surtout ceux de la ville de Yaoundé qui se sont inconsciemment détachés de la zone ancestrale.

Sa majesté Mohammadou Bello

Ce rendez-vous du donner et du recevoir plonge de plain-pied la communauté Dii de Yaoundé à la culture de l’igname qui s’effectue dans un climat autre que celui du septentrion.

En effet contrairement à la région du grand Nord, où la récolte de l’igname s’effectue une fois par an, dans la région du centre l’on peut recenser au moins deux récoltes l’année.

La culture de l’igname pratiquée dans la partie septentrionale du Cameroun rapporte 3 plus que certaines cultures notamment l’arachide.

Seulement sur un quart d’hectare d’ignames, le cultivateur peut gagner minimum 150 000 francs CFA. Avec les arachides, c’est même pas les 70 000 francs.

Alors, compte tenu du climat favorable que offre la région du centre propice à l’épanouissement de la culture de l’igname, le rendement des jeunes de la communauté Dii installés à Yaoundé peut doublé voire triplé.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance