ECONOMIE

La Chine prend la tête du nouvel ordre asiatique

Les pays d’Asie-Pacifique viennent de signer le plus gros accord commercial au monde. Une grande victoire pour Pékin.

Ses signataires peuvent s’enorgueillir d’avoir conclu le deal commercial international le plus important du xxie siècle. Ratifié le 15 novembre par 14 pays asiatiques dont la Chine , le Partenariat régional économique global (RCEP, l’acronyme en anglais) concerne 30% de la population mondiale. Après huit ans de négociations « dans le sang, la sueur et les larmes », comme l’a rappelé le ministre du Commerce de Malaisie Mohamed Azmin Ali. Au moment où le Covid-19 ravage l’économie mondiale, ce traité commercial constitue une bouffée d’oxygène pour la zone Asie-Pacifique, mais aussi pour l’ensemble de la planète. Selon le Peterson Institute for International Economics, il pourrait augmenter le PIB mondial de 186 milliards de dollars par an d’ici à 2030.

A lire aussi Coronavirus : Malabo fait un don de 1,8 million d’euros à Pékin

Pourtant, les analyses varient quant à sa portée réelle. Certaines le considèrent comme peu ambitieux et donc symbolique. L’absence de l’Inde, qui s’est retirée des négociations il y a un an, en réduit la portée. D’autres y voient l’élément clé d’un nouvel ordre mondial, dans lequel la Chine prend les rênes de l’Asie. La vérité se situe quelque part entre les deux. Selon les experts, le RCEP n’annonce pas une libéralisation spectaculaire du commerce asiatique, même s’il pourrait conduire à l’élimination de 90% des droits de douane. Son but est aussi de réunir sous la même bannière les différents accords de libre-échange entre les dix membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) et plusieurs autres pays de la région Asie-Pacifique (Australie, Chine, Japon, Nouvelle-Zélande et Corée du Sud)

La Chine devrait en être l’un des principaux bénéficiaires, avec le Japon et la Corée du Sud. D’après Bloomberg Economics, son PIB pourrait, grâce à cet accord, augmenter de 0,5 % par an jusqu’en 2030. Mais certains pays de la région s’inquiètent déjà d’une domination de la Chine sur les plans économique, politique et militaire. Du coup, ils espèrent qu’avec l’élection de Joe Biden, l’Amérique s’impliquera à nouveau dans cette zone pour faire contrepoids à Pékin. Mais il n’est pas sûr que cela soit sa priorité la plus immédiate

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance