CULTURE

Art musical : Un « souffle nouveau »!

Ainsi est baptisé le tout nouveau bébé de l’artiste musicienne Indira Baboké, né le 30 octobre de cette année. L’album sera officiellement mis à la disposition des fans de la musique gospel dès le vendredi 13 novembre 2020.

Par Ulrich Mmala

Du bleu marié au blanc, et assorti d’un jaune d’or. Voici comment est attifée la nouvelle inspiration divine d’Indira qui contient 19 titres musicaux. D’ailleurs, la colombe qui accompagne ce chef-œuvre musical en dit long. Ces couleurs renvoient en réalité, à ce que la communauté chrétienne appelle « le royaume céleste » où règne un miséricordieux.

En fait nous dirions que, ce vêtu nullement arboré par inadvertance, est le reflet de ce grand talent qui ne fait que décoller. Par la même occasion, il pourrait expliquer le choix du nom donné à cet album. Pour la jeune chantre gospel, c’est le début d’un processus d’hominisation, l’entame de la maturité tant dans le domaine physique que lyrique.

« Après avoir reçu des critiques sur mes précédents albums notamment sur ma voix dont les gens qualifiaient d’enfantine, j’ai décidé d’entrer en stage bloqué pendant environ six mois. Et durant cette période, j’ai rigoureusement travaillé avec mon coach vocal » confie-t-elle au cours de la conférence de presse organisée ce mercredi 11 novembre 2020 à Yaoundé. « Aussi mon échec au canal d’or m’a amené à changer de stratégie » renchérie le jeune prodige.

Indira et son staff managerial

Eh bien cela a porté des fruits mais alors bien juteux, à ressentir ces émotions qui se dégagent de sa sublime voix.

La musique d’Indira se veut aujourd’hui un style de gospel mâtiné. En effet, dans cet album « Souffle nouveau », l’artiste exécute ou alors adresse les louanges au Tout Puissant dans des rythmes distincts. Musique urbaine, adoration, classique, bitkutsi, le coupé décalé notamment sa collaboration avec l’artiste ivoirien Serge Beneau dans le duo « la victoire ». Aussi, Indira emprunte le registre « Mbolé » style musical né dans les rues de la ville de Yaoundé. On peut l’écouter à travers le titre « c’est toi qui donnes ».

Alors que la musique gospel s’avère très exigeante en matière de collaboration des artistes du même registre, Indira Baboké veut s’inscrire dans une logique en marge de celle-là. En réalité « je ne pense pas que la vie des artistes gospel est plus seine que celle des autres artistes (…) nous sommes tous les enfants de Dieu, d’ailleurs il a envoyé son fils sur terre pour les pécheurs » explique-t-elle avec un sourire au coin des lèvres.

En vérité en vérité, dans un monde où tous les êtres humains ne comprennent pas toujours les mêmes langages, il vaut mieux faire passer le message du Divin par l’entremise de plusieurs langues. Et dans le cas de la musique caractérisée par divers registre, Indira Baboké fait passer le message du transcendant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance