CORONAVIRUS

Minresi : De l’artémisia pour éradiquer le covid-19

Le ministre de la Recherche Scientifique et de l’innovation (Minresi) a révélé cette information, lors du lancement officiel de la distribution de l’artémisia aux populations, le 22 octobre 2020.

Par Ulrich Mmala

Le Dr Madeleine Tchuinté, s’est rendu à l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) de Nkolbisson (Yaoundé 7ème), pour distribuer les plants d’artémisiad’artémisia. Ces plantes médicinales permettront aux bénéficiaires ainsi qu’à leur entourage de lutter et prévenir contre certaines maladies à l’instar du coronavirus. Cette crise sanitaire à l’échelle mondiale qui dicte encore sa loi.

Produits dérivés de l’aremisia

Les compétences curatives de cette plante ont motivé le chef de l’Etat son excellence monsieur Paul Biya à impulser, par l’entremise de l’IRADl’IRAD, une multiplication massive des semences d’artémisia. « Nous avons constaté que les gens qui buvaient constamment l’artémisia, n’avaient été contaminés par le covid-19. Et au mois de mars 2020, nous avons mis cette plante à la disposition de certains malades du coronavirus, qui ont par la suite retrouvé la santé (…) Nous encourageons donc les populations à cultiver l’artémisia, que ce soit dans les champs ou dans les jardins, afin qu’elles en aient recoure en permanence pour soigner certaines maladies » déclare le Dr Madeleine Tchuinté, Minresi.

L’IRAD a ainsi offert environ 5000 plants d’artémisia et une centaine de paquets de semences. Pour cette première phase, les mototaxis, hommes religieux et traditionnels, corps enseignants, associations rurales, ainsi que les médias, ont bénéficiés du précieux sésame.

Dr Ngonkeu présente les variétés améliorées d’artemisia

Toutefois, il est important de révéler ici que l’IRAD continue la multiplication des semences d’artémisia dans ses différents sites notamment à Yaoundé, Djombé, Maroua, Bertoua… Sur ces espaces d’expérimentations, les experts de l’IRAD tel que le Dr Ngonkeu Edith, procèdent à des croisements de plusieurs espèces d’artemisia, afin d’obtenir des variétés améliorées qui évolueront rapidement.

La Minresi désavoue-t-elle le SG du Minsanté ?

« Ce qui prévaut ce sont les recommandations du conseil scientifique (…) il faut quitter le champ de l’émotion et rester rationnel sur le plan scientifique. En l’état actuel de nos connaissances, aucun médicament traditionnel n’a fait preuve d’efficacité ». Voici l’une déclaration du Secrétaire Général du ministère de Santé publique Pr Richard Ndjock, prononcée au cours de la communication gouvernementale tenue le 16 septembre 2020 à Yaoundé.

Cette déclaration du SG du Minsanté venait battre en brèche celle de Monseigneur Kleda qui affirmait le 10 septembre de cette même année que son médicament issu des plantes a guéri les malades atteints du coronavirus.

A travers ses affirmations, nous comprenons évidemment le conflit âprement mené entre la pharmacopée et la science. Il y a plusieurs d’un an de cela, un le médecin congolais Dr Manengna a été assassiné parce qu’il s’était engagé à soigner le peuple africain avec l’artémisia.

L’artémisia, est une plante magique qui aurait délivré la Chine du paludisme sans générer la moindre résistance. Cette plante est aujourd’hui sacrifiée sur l’autel de la rentabilité pharmaceutique pour en extraire un seul composé, alors qu’elle serait naturellement plus efficace et moins toxique que n’importe quel médicament en vente contre le paludisme. Un scandale qui condamnerait tous les jours de centaines de milliers de personnes dans le monde.

Chercheur presentant les plants d’artemisia multipliés par l’IRAD
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance