CORONAVIRUSINTERNATIONAL
A la Une

Coronavirus dans le monde : plus de 100 000 morts en Inde, Madrid en bouclage partiel

L’Inde déplore le troisième plus grand nombre de morts causées par le Covid-19 dans le monde, derrière les Etats-Unis. En Espagne, un confinement partiel contesté a été mis en place dans la capitale.

Le Covid-19 a officiellement fait plus de 100 000 morts en Inde. C’est le troisième plus grand nombre de morts dans le monde, derrière les Etats-Unis (plus de 208 000 morts) et le Brésil (144 000). Depuis l’arrivée de la pandémie, 6,47 millions de cas de contamination ont été enregistrés par le ministère de la santé indien, et le pays devrait dans les prochaines semaines dépasser les Etats-Unis et devenir le pays qui compte le plus grand nombre de contagions, alors que le virus y semble hors de contrôle.

  • Des doutes sur la fiabilité des chiffres indiens

L’ampleur de ce bilan n’a rien d’anormalement élevé pour le deuxième pays le plus peuplé du monde (1,3 milliard d’habitants). Ce serait même plutôt l’inverse, selon les spécialistes : avec environ 73 morts pour un million d’habitants à l’heure actuelle, l’Inde est proportionnellement peu durement touchée en comparaison avec des pays comme la France (480), la Suède (580), les Etats-Unis (637) ou le Brésil (690).

A lire aussi Coronavirus : Les 13 mesures fortes de confinement prises par le gouvernement camerounais

C’est pourquoi des doutes existent sur la fiabilité des chiffres indiens. « Nous ne savons pas quelle est la fiabilité des taux de mortalité en Inde », commente ainsi auprès de l’Agence France-Presse (AFP) le virologue T. Jacob John. « L’Inde n’a pas un système de surveillance de la santé publique qui documenterait en temps réel tous les cas de maladie et de décès », a-t-il dit.

Alors que le nombre de cas continue d’augmenter, le gouvernement du premier ministre, Narendra Modi, poursuit l’ouverture de la troisième plus grande économie d’Asie. Le strict confinement imposé en mars a non seulement échoué à arrêter la propagation du virus, mais a également plongé des millions de personnes dans la pauvreté, avec la perte de leur emploi. Au cours du dernier trimestre, l’économie indienne – qui avant la pandémie était en difficulté – a reculé de 24 %, l’une des baisses les plus fortes parmi toutes les grandes économies.

  • Madrid en bouclage partiel

En Espagne, Madrid s’est réveillée en bouclage partiel samedi – une mesure destinée à freiner l’expansion de l’épidémie, mais difficilement applicable. Depuis la soirée de vendredi, les habitants de la capitale et neuf communes environnantes particulièrement touchées par le virus ne peuvent plus sortir de leur commune que pour des raisons de première nécessité, comme aller travailler, étudier ou se rendre chez le médecin.

Ils peuvent en revanche se déplacer librement à l’intérieur de leur ville et ne sont pas obligés de rester chez eux comme lors du confinement très strict décrété en mars. Les autorités ont toutefois appelé à éviter tout déplacement non nécessaire. Ce type de restrictions affectaient déjà depuis plusieurs jours un million de personnes dans les zones de la région où le taux de contagion est le plus élevé.

Le bouclage partiel de Madrid, ordonné par le gouvernement central du socialiste Pedro Sanchez, faisait depuis deux semaines l’objet d’un bras de fer avec le gouvernement de la région, navire amiral du Parti populaire (PP, droite).

Les questions qui se posent maintenant sont l’efficacité réelle de ces mesures, insuffisantes selon nombre d’épidémiologistes, et surtout la capacité des autorités à contrôler les entrées et sorties de chaque ville dans une agglomération où l’on recense deux millions de déplacements chaque jour.

  • Des milliers de personnes attendues pour des rassemblements « anti-masques » en Allemagne

Des milliers d’opposants au port du masque et aux mesures de restrictions contre la pandémie sont attendus à Constance (sud-ouest de l’Allemagne) pour un week-end de protestations sous haute protection policière face aux craintes de débordements.

Samedi, une immense chaîne humaine doit être organisée sur les bords du lac, à l’initiative de « libres penseurs », un rassemblement hétéroclite d’opposants aux mesures liées à la pandémie de Covid-19, composé de militants anti-vaccin, de complotistes, de citoyens authentiquement préoccupés par les restrictions liées au Covid-19, mais aussi, et de plus en plus selon les autorités, de sympathisants d’extrême droite. Deux manifestations avec des dizaines de milliers de personnes s’étaient déjà tenues à Berlin durant l’été.

Ces défilés ont lieu en pleine recrudescence des contaminations en Allemagne, pays pourtant plutôt épargné par le nouveau coronavirus jusqu’ici. Samedi le nombre de nouvelles infections en vingt-quatre heures se situait au-dessus de 2 500, soit le niveau d’avril. La chancelière, Angela Merkel, qui se dit très préoccupée de cette augmentation, a annoncé mardi de nouvelles restrictions portant notamment sur les fêtes privées, avec des amendes à la clé pour les contrevenants qui ne respecteraient pas certaines règles.

Avec AFP

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance