CULTURELIFE STYLE

[CHRONIQUE] : NABILA, Poupée Barbie ou Poupée de cire?

Le 20 juillet 2019, la chanteuse camerounaise de 24 ans dévoilait son premier album dénommé « Mon Univers » via des concerts live. Seulement, le divorce prononcé entre son label REGN et elle, ont sans doute contribué à une disparition des plus étonnantes des scènes. Une bien étrange habitude que traine la plupart des artistes à voix 237 nouvelle génération.

Nous sommes en 2017. Le public camerounais découvre alors une gueule d’ange, belle, métisse, à la voix rauque. « Ça ira », sous REGN Records sera un tube agrémenté de plusieurs millions de vues sur Youtube. Un an avant, elle dessinait déjà les traits de sa carrière sous un cover de « Sawa Romance », l’un des titres éponymes de LOCKO.

De fil en aiguille, elle met en lumière son talent, qui lui ouvre des portes et récompenses, notamment du Canal d’Or en 2019, révélation féminine de l’année. Surnommée « la poupée Barbie » par les bookmakers culturels en référence à sa beauté, elle avoue sur les plateaux médias qu’il n’était pas évident pour elle de démarrer dans la musique, même si les encouragements de sa maman étaient au rendez-vous bien plus tard.

Lire aussi: [Découverte]: La chanteuse Mosayane séduit grâce à sa douceur et son métissage

En juillet 2019, elle décide de dresser sa propre carte d’identité musicale par la sortie de son premier projet complet EP « Mon Univers ». Deux villes seront retenues, Douala et Yaoundé à l’Institut Français du Cameroun. Les mélomanes répondront présents pour l’encourager, et des confrères monteront sur scène à l’image de Cysoul, Moustik, et bien d’autres.

Si tôt fait la sortie de l’album, l’on constate que la promotion a complètement disparu, surtout après les concerts. Pas de sorties médias, pas de nouvelles dates, pas de communication monitoring sur les réseaux sociaux, encore moins un communiqué-mise au point. C’est le 26 juin 2020, sur les ondes de Sweet FM, lors du BHB animée par Brice Albin et Valérie Ayena, que le public apprends que Nabila ne fait plus partie de l’écurie REGN RECORDS et se porte en indépendante. Pas d’éclaircissement sur le site web officiel du label. La chanteuse déroule alors ses raisons, à l’image de ce qu’elle aurait souhaité faire durant sa collaboration, les pressions de la boite, le polissement de son image, et surtout ses avis personnels qui ne comptaient véritablement pas. www.lequatriemepouvoir.com a essayé de joindre l’artiste à plusieurs reprises, mais en vain.

Lire aussi: Avec « Quand tu n’es pas là », le 5ème album de Charlotte Dipanda s’annonce électrique!

Durant l’interview, Nabila mentionne en effet que pour le duo avec Tenor (qui d’ailleurs ne mettait pas en valeur sa voix) elle aurait aimé un autre décor, assez modeste, plutôt que de la jouer dans une grande maison avec le rappeur. Sur l’album, 11 titres plus un bonus, « Give me your love ». 7 titres avaient déjà été clipés pour l’exercice dont « Ca va aller » deux ans plutôt, « Prends ma main », « Il est là » un cantique au Seigneur, « Tromper » en feat Tzy Panchack, « Ca ira », « Pardon pars » avec Tenor. L’on s’étonne en effet, que pour des chansons telles « Comme c’est pas permis », « Femme seule » avec Annie Anzouer l’une de nos légendes ne soient pas mises en avant. La question reste sans réponses, pourquoi? Nabila prépare son grand retour, a-t-elle annoncé sur son compte officiel Facebook il y’a quelques semaines. Retour en indépendance espère-t-on. Poupée Barbie ou poupée de cire, à vous de voir !

Lire aussi: Avec le sourire, LOCKO rend hommage aux Mamans

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance