SOCIETE

Axe Yaoundé-Douala : 401 trous sur 106 km

Des réfections financées à 1,7 milliard F.Cfa sont en cours pour boucher les nids de poule, marquer la signalisation, construire les équipements de sécurité et débroussailler les abords de la route nationale N°3

 

L’axe Yaoundé et Douala reste un grand malade. La route nationale N°3 est une vieille infrastructure (construite entre 1982 et 1986) présentant un état de santé précaire. Tenez, elle présente 401 trous sur 106 km, entre Yaoundé et le pont sur la rivière Ndoupe. Et ce n’est qu’un aperçu de ce tronçon qui fait 308 km traversant Douala et allant jusqu’à Idenau dans la région du Sud-Oues

Les nids de poule ont les allures de plaies béantes que les automobilistes doivent éviter par un jeu de zigzagues, pour ne pas faire mal à leurs véhicules et ne pas davantage ouvrir les blessures de la route. Voilà qui préoccupe actuellement le ministère des Travaux publics (Mintp). Le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi était sur le terrain pour évaluer l’avancement des travaux de réfection confiés d’une part à l’entreprise BAO Sarl et, d’autre part, à la Brigade nationale des travaux en régie

A lire aussi Travaux Publics: Round-up annuel des chantiers routiers et projections 2020

Le contrat de l’entreprise privée consiste à marquer la signalisation routière et à construire les équipements de sécurité jusqu’à Douala, soit sur un linéaire de 214 km. Ce marché bénéficie d’une enveloppe de 1 milliard 564 millions 534 mille 938 F.Cfa, toutes taxes confondues. Les travaux déjà exécutés sont les suivants : les lignes axiales continues, les lignes axiales discontinues, les lignes axiales blanches longitudinales, les glissières de sécurité en béton armé ainsi que les plots retro réfléchissant en verre sur chaussée. Il y a de quoi guider les conducteurs et leur faciliter la lecture de la route.

Un avancement global de 52,11%

Pourtant, il reste encore tant à faire. Même après avoir bénéficié d’une prolongation de 7 mois, la société BAO Sarl accuse du retard et pourra difficilement tenir le délai qui expire le 19 décembre prochain. Les travaux connaissent un avancement global de 52,11%. Or le délai a déjà été consommé à 83,84%.

Quant à la Brigade nationale des travaux en régie, qui est une excroissance du Mintp, elle s’occupe principalement de deux types de travaux. D’une part le débroussaillement mécanisé des abords de la route. Ainsi la voie n’est plus obstruée par la végétation galopante ; les automobilistes bénéficient alors d’une visibilité de plus grande portée. D’autre part les travaux en régie consistent à boucher les nids de poule recensés sur les 106 km entre Yaoundé et le pont Ndoupe. Ce marché a reçu une enveloppe de 154 millions 790 mille 412 F.Cfa hors taxes. « Les travaux en cours sur l’axe, partant d’Ahala (Yaoundé) jusqu’au pont de la Ndoupe, sont rendus à un taux d’exécution de 42,22% pour une consommation des délais de 31,33% », confie Michel Ngakam, le chef de la Brigade nationale des travaux en régie. Le 20 octobre dernier, il a assuré que 130 trous avaient déjà été traités et que les travaux seraient terminés dans un mois

A lire aussi CAN 2021: Visite d’évaluation des chantiers par le MINSEP

La réhabilitation actuelle de la route nationale N°3, menée conjointement par le Mintp et l’entreprise BAO Sarl, porte sur un budget d’un peu plus de 1,7 milliards F.Cfa. Il ne s’agit pas du premier investissement d’urgence sur cette voie depuis 2016. Cette année-là avait été marquée par un double drame : d’abord la rupture de la route au niveau de la rivière Manyaï puis le déraillement à Eseka d’un train bondé de personnes qui cherchaient une option pour rejoindre la ville de Douala

Remplacer 409 buses

A la suite de ces tristes évènements, le gouvernement avait lancé un programme de réhabilitation des 308 km de la route nationale N°3. Au total, 409 buses métalliques avaient été recensées et devaient être remplacées par des dalots (ponts bétonnés) à construire au-dessus des cours d’eau. Les buses avaient été classées en trois catégories : 134 à remplacer en urgence, 143 à remplacer à court terme et 132 à remplacer à moyen terme. La construction des 409 dalots devrait se faire sur plusieurs années, pour une enveloppe globale de 47 milliards 357 millions 871 mille 601 F.Cfa. Les premiers ouvrages ont été construits par trois adjudicataires : le Groupement Routd’Af-Satom, l’entreprise Zerock et la société SATOM.

Le Jour

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance