CULTURELIFE STYLE

[CONCERT] Danielle Makedah Eog: 7 ans après, la renaissance d’une bohémienne !

Il aura fallu attendre 2555 jours, pour voir Danielle en un spectacle nouveau. La chanteuse, est littéralement sortie de son hibernation, lors d’une expérience pas comme les autres : Le Laboratoire Musical de Bastos. Lieu mythique de la capitale pour les amoureux de la musique, il a accueilli vendredi 30 Octobre 2020, une artiste poly-instrumentiste qui a conjugué le mystère en mélodies. Immersion.

Il est 19H00 à Yaoundé. L’air est lourd. Le vent se fait peu rare. Nous sommes à Bastos, au Laboratoire, aujourd’hui managé par Serge Maboma, Musicien du groupe mythique MACASE ; Tout à côté de la salle,  invités, curieux, journalistes, mélomanes, acteurs culturels échangent en toute convivialité. Nous reconnaissons Fabiola du CIPCA, Parfait Tabapsssi du journal Mosaïques, Azazou artiste conteur, Raphaël du Goethe Institute de Yaoundé entre autres. Tous ont pour dénominateur commun cette soirée : La musique.

Lire aussi: [CHRONIQUE] Ko-C et Coco Argentée ressuscitent Racine Sagath dans « Caleçon »

19h40, le public est invité à prendre place. Les musiciens déjà au tambour, ont un visage de lions indomptables. Brice Essomba aux claviers, Petit Jean aux percussions, Ben à la guitare Bass, Toto à la Batterie, Arlène et Anthony aux chœurs; 4 minutes plus tard, Serge troque son costume de musicien pour maitre de cérémonies. On aperçoit alors une silhouette claire de peau, manteau rouge, robette afritude, garnie de son éternel foulard à la même couleur. Près de l’artiste se trouve ses gris-gris : Tasse de thé, citron, et son calepin qui fait office de journal intime, posés sur un tabouret en bois. Le spectacle peut commencer, en « amours ». Nous avons décliné pour vous, Danielle en trois visages pour ce moment qui aura duré 1H26 minutes.

1-La chanteuse de Jazz

Danielle Amaya Eog, tel est sa nouvelle version. Si l’on reconnait la chanteuse à son amour au jazz, c’est que c’est le jazz qui l’a choisi. Durant sa première lancée, l’on ressent son usage mesuré du vibrato, mais encore plus, une inadéquation au niveau de la respiration qui donne un résultat mitigé, elle manque de souffle : Danielle est stressée, cela se remarque. Stressée à l’image des chanteurs amateurs, ou encore stressée à cause des retrouvailles de scènes qui semblaient si lointaines. Entrée en clavier, d’une voix douce, Eog transmet en une langue étrange munie d’une énergie incroyable.

Lire aussi: [CHRONIQUE] : Dites à Sanzy Viany que l’Afro-jazz n’existe pas!

l’Africaine de l’espace en démo: Autre sortie musicale de Danielle sous une tonalité très panachée

Elle tente sur scène sa variante qui est le hard bop apparaît au milieu des années 1950 et introduit des influences du rhythm and blues, du gospel et du blues, notamment dans le jeu du saxophone et du piano. Bien que le jazz soit considéré comme un genre musical difficile à définir, l’improvisation en est l’un des principaux traits distinctifs. Le caractère central de l’improvisation peut s’expliquer par son importance dans les genres musicaux qu’il emprunte. C’est d’ailleurs l’un des points forts de Danielle. Peace, Love and Light, son premier album de 13 titres sorti en 2013, en est la preuve, sur des chansons telles « Brand new day », « Our day ». Le titre « Freedom » qui fait allusion à l’expiation des péchés, de la colère, de ses envies négatives, majestueusement interprété, a été une preuve de son authenticité sur ce registre, tout comme « Who I am ».

Lire aussi: [Chronique]: SIMI, Le Petit chaperon rouge qui a conquis l’industrie Nigériane

Ecoutez le Premier extrait sonore pour démonstration après son syllabus Amours: Premier Extrait sonore lors du Concert d’INTRO

2-Makedah, en traditionaliste et Gitane

Prix découvertes RFI 2013 et figurante dans le Top 20 de la compétition Beyond Music aux Etats-Unis, elle a voulu gardé ses oreilles en traditionnaliste, sinon en africanité. De plus, la quasi-présence de la clarinette, du tambour, et du balafon, ont permis de distinguer des registres presqu’oubliés : le Mangambeu et le makossa. Entre 2006 et 2012, le fait d’avoir côtoyé et participé aux côtés de Sanzy Viany, Marie Lissom, Taty Eyong et Laro lui ont donné une certaine pugnacité. Originaires des environs de Bangangté, Le magambeu est une musique jouée par des Xylophones et des percussions traditionnelles. Le Mangambeu se caractérise par une musique modale, oscillant entre deux accords. Malgré cela, on dénote peu d’improvisations instrumentales mélodiques qui laissent plus place à des improvisations rythmiques.

Lire aussi: Frédérique Ottou donne des frissons dans « Bi Nga Buni »

Ce qui fait la caractéristique de ce genre est aussi la complexité rythmique et les rôles attribués. La basse (ou instrument faisant office de basse) joue généralement en 4/4, là où les percussions comme la batterie et les xylophones jouent en 3/4 ou 6/8.

Lire aussi: [CHRONIQUE] Avec « Love & Hustle », la rappeuse Kameni met-elle le Game 237 d’accord?

 Écoutez le Deuxième extrait sonore en traditionaliste: Danielle se fond en gardienne des traditions

3-Danielle, La Mystique

En introduction, Danielle a interprété une chanson qui lui a été inspirée par des entités dit-elle à son public. Inspirée lorsqu’elle était présente sur une plage en Côte-d’Ivoire. Malheureusement, elle ne sait en quelle langue, mais rassure que le message transmit est celui de l’amour et de l’unité. Unité lorsqu’on songe aux évènements qui frappent le Cameroun depuis 2016 dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

Danielle en mode « Que la musique sonne »

L’artiste a mis en lumière son côté negro-spirituals, une partie mystère que l’on découvre chez Eog. Cela se qualifie par un usage très appuyé de la soul, des polyphonies africaines, du gospel et des chants grégoriens. Danielle Eog embrasse divers courants : afrobeat, bossa nova, hip hop, makossa, Rnb et soul, même si elle avoue avoir un faible particulier pour le jazz. Bien que ce soit dans le rap, près de Krotal, Parol et Ayriq Akam, que sa fibre s’est tissée, Danielle Eog a fait un choix audacieux, un style trop sophistiqué, et à la fois mystérieux.

Lire aussi: Magasco et Lady Ponce rendent hommage à la légende NKODO SITONY dans « Nyang Nyang »

« Le sexe est sacré » 20201030-202014affirme-t-elle sous une tonalité très Pop. Alors pour que la musique sonne, elle va à la recherche de ses « amours impossibles », qui par la force des choses, et le silence retentissant que la voie de l’écume s’écoute. Dany se projette entre passé et présent pour se construire un futur en mélodies : Elle expire son introspection, comme une Bohémienne !

Lire aussi: [NOTE D’ECOUTE]: À l’image d’une princesse, Mosayane dévoile son hymne à l’amour « Wetam »

 

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!