SPORT
A la Une

Revers : Les championnats du CTT remis en cause ?

La précision de la sentence du Tas indiquant la fin de la suspension de la Ligue, le 18 octobre 2019 et la faisant rentrer dans ses droits d’organisation des compétitions implique des conséquences énormes.

La sentence rendue par le TAS ce 14 septembre 2020, lu au premier degré, annule la suspension de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), suite à la requête introduite par le Général Pierre Semengue, l’appelant. Pourtant, les précisions contenues dans le dispositif de cette sentence sont lourdes de conséquences. « Le Tribunal arbitral du Sport : déclare que la suspension de la Ligue de football professionnel du Cameroun est illégale, à tout le moins depuis le 18 octobre 2019 ; dit que la suspension de la Ligue de football professionnel du Cameroun a pris fin le 18 octobre 2019 ; dit que les droits de la Ligue de football professionnel du Cameroun, notamment ceux liés à l’organisation des championnats professionnels de football au Cameroun, sont pleinement rétablis à compter du 18 octobre 2019 », lit-on. Ce qui signifie dans les faits que l’organisation des championnats professionnels, qui est du ressort de la Lfpc, devrait lui revenir depuis cette date. Or, les championnats professionnels ont été organisés par une autre entité créée par la Fécafoot, le Comité technique transitoire (Ctt), dirigé par Alim Konaté, son 1er vice-président .

A lire aussi Football : voici les lourdes conséquences du conflit opposant la Fecafoot à la LFPC

Selon une certaine opinion, c’est une façon pour le TAS de dire que toute compétition organisée par une autre entité que la Ligue est réputée n’avoir jamais existé. Ce qui revient à rendre nul et de nul effet, les championnats organisés par le Ctt, interrompus par la pandémie du Covid-19, avec Pwd de Bamenda sacré champion. De même, le jeu d’ascenseur entre les équipes d’Elite One et Elite Two va prendre un coup et ce sera le retour au statu quo.

Affaire Fécafoot / New stars, une suite logique ?

Tout comme New star de Douala, qui se verra rétabli en première division, même si une autre sentence du TAS concernant cette équipe est attendue. Ici, c’est la Fécafoot qui s’est portée en appelante au TAS, contre la décision de la CCA réhabilitant New Star en première division. La Fécafoot n’avait pas cru devoir s’exécuter et a saisi le TAS et pendant ce temps, le Ctt a lancé les championnats professionnels sans l’équipe de Douala. D’aucuns estiment que la sentence d’hier, n’est qu’un prélude à celle de l’affaire Fécafoot contre New stars, qui devrait être une suite logique. « Ce n’est pas pour rien que cette décision est sortie avant celle concernant l’affaire Fécafoot contre New star au Tas. Le problème principal a été tranché. L’affaire New star était subsidiaire. Il est question d’appliquer simplement la décision de la CCA qui est exécutoire, pour laquelle la Fécafoot a saisi le Tas », confie un observateur.

Au-delà des frais de procédures et les 5000 francs suisses à payer par la Fécafoot à la Lfpc, il y a d’autres effets que peut produire probablement la sentence en question. « Non seulement la Fécafoot va dédommager la Ligue, son personnel jeté dans la rue depuis plus d’un an, sans salaire. Il y a aussi New stars de Douala qui sera en droit de réclamer un dédommagement », nous a expliqué un acteur du football.

A lire aussi Football: L’élection du président de la CAF aura lieu en mars 2021

Benjamin Beyeck, le secrétaire général de la Lfpc, que nous avons rencontré hier, évoque les torts que la décision de suspension de la Ligue a créés : « Des regrets, parce que nous avons perdu beaucoup de temps pour rien. Nous avons perdu beaucoup de ressources dans cette affaire. Mais, nous sommes convaincus que nous allons faire le même parcours pour rattraper ce qui peut encore l’être ». Dans l’immédiat, le secrétaire général de la Lfpc sait ce qu’il reste à faire pour la suite. « Nous n’avons jamais cessé de travailler, même quand nous étions suspendus. Nous avons anticipé sur beaucoup de choses. Vous allez voir que nous allons rapidement essayer de déployer ce que nous avons programmé. Nous n’avons jamais douté que nous allons gagner cette affaire. Donc, nous avons préparé des choses pour la fin de cette procédure. Nous allons très rapidement mobiliser et remobiliser le personnel qui a fait des pieds et des mains pour implémenter ce que nous avons prévu. Nous allons nous y atteler très rapidement », a-t-il rassuré.

Le Jour

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance