CULTURELIFE STYLE
A la Une

[NOTE D’ECOUTE] : Mr Léo prêche la vie & la mort dans son nouveau single « Time »

Via sa boite Lion Production, le chanteur a fait son come-back ce 25 septembre 2020. Dans ce titre co-écrit avec Nyambi Edwin, il y mêle curieusement pour la première fois, une discipline acrobatique singulière. Comme un air spirituel de Stan Smith, ou Billie Eilish, Mr Léo revient à son premier amour : une soul très épurée, qui le classe parmi les voix qui comptent depuis 2015.

La chanson démarre avec un contorsionniste, tête baisée, bras sur les côtés, en arrêt. Comme pour signifier à un moment que le temps se fige. L’artiste, lui dans une autre salle, est seul. La solitude, oui, le temple de la réflexion et de l’introspection. Il est aussi un sentiment d’abandon, de trahison, d’égoïsme, d’orgueil.

Il conte une histoire assez classique dans ce titre, entre deux personnes dont la rencontre fortuite, s’est soldée d’abord par un caractère de méfiance, puis s’est achevée par une belle histoire d’amour. Cette histoire, c’est la nôtre, c’est la vôtre. Mr Léo recommande le temps comme notre ultime conseillère, car grâce à cette retenue, à la patience, on laisse les choses se passer d’elles-mêmes quel que soit la situation.

En langue locale, et en pidgin, de son timbre légèrement écorché que l’on connait, il y mêle un magnifique air de piano, qui laisse transparaitre la force de l’émotion via la musique. Bien qu’on y voie des similitudes avec son titre « Amen » dévoilé en 2019, il demeure dans son registre.

La thématique abordée ici est très spirituelle. « Devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour » dans 2 Pierre chapitre 3 versets 8. Dans leurs épreuves les deux tourtereaux ont finalement eu un enfant, malgré les doutes au départ, l’inquiétude. Et c’est justement par cette note heureuse que le vidéogramme s’achève. Mr Léo jeune au départ, donne son dernier souffle à la fin. Il a pris de l’âge. Il s’agit en effet d’un symbole, que tout Homme est de passage sur terre.

Et que seul le temps, Dieu, peut faire basculer notre destin. L’antithèse de la vie et de la mort, représentée par un rituel (le contorsioniste). Lorsqu’on donne naissance à un enfant, c’est une partie de nous que nous tuons inconsciemment. Le Ying et le yang, le bien et le mal, deux effluves qui ne se séparent jamais. Une réalisation signée Dr Nkeng Stephens.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance