ECONOMIE
A la Une

Made in Cameroun : 60 405 tonnes de cacao transformées localement

il s’agit de la performance de 2019. Ce secteur se porte donc bien et envisage de nouveaux défis.

la campagne cacaoyère 2019/2020 est terminée. Les résultats sont plutôt satisfaisants. Car pendait ladite campagne, l’Office national du cacao et du café (ONCC) note que les entreprises industrielles basées au Cameroun ont transformé un total de 60 405 tonnes. Les champions dans ce segment de l’économie sont connus. Sic-Cacao a transformé à elle seule 53 691 tonnes. C’est elle le numéro un. Suivi de très loin par Neo Industry qui enregistre 4 286 tonnes. Le troisième, Chococam (l’une des plus vieilles entreprises quand même) enregistre 1 553 tonnes et le dernier sur ce classement, c’est Ferrero, avec ses 717 tonnes de fèves transformées. A la fin de ce classement, l’ONCC fait une lecture tout de même. « On note une augmentation constante avec notamment l’entrée d’une quatrième unité de transformation du cacao à savoir Neo Industry. »

A lire aussi Covid19: Les vaccins en cours d’élaboration, une affaire de riches ?

La transformation du cacao au Cameroun est aussi artisanale. A travers le pays, l’on dénombre au cours de la campagne sus-indiquée 45 unités de cette catégorie, toutes réparties dans 7 Régions. Dans toutes ces structures, globalement c’est 156 927 kg de cacao qui ont été enregistrés et 79 672 Kg ont été transformés en produits dérivés : caramel, beurre, tourteaux etc. « Cette campagne a connu une baisse au niveau des entrées de -18 189 Kg et les produits transformés de -7401 Kg.

Un élément sur lequel s’appesantit l’ONCC, c’est le nombre de Kg de cacao que le Cameroun a vendu l’année dernière. C’est en tout 257 151 tonnes ! Une légère baisse de 14 633 tonnes par rapport à la campagne précédente. Dans ce volet, l’on a une idée des pays où ce cacao est acheminé, ainsi que les volumes absorbé de part et d’autre. Ainsi, l’ONCC relève que la Hollande est le premier consommateur du cacao camerounais. Elle stocke 62,3 % de cette marchandise. Le Dragon rouge – la Chine- est deuxième (9,8 %), la Malaisie suit avec 8,2 %, l’Indonésie (6,2 %) et l’Allemagne (3,3 %). Mais dans le détail, le cacao camerounais prend 13 destinations (Albanie, Allemagne, Belgique, Chine, Corée du Sud, Espagne, Hollande, Indonésie, Italie, Japon, Liban, Malaisie, Turquie. 19 ports du monde l’accueillent en Europe et Amérique. En effet, le port d’Amsterdam (Hollande) et Pasir (Malaisie) représentent 80 % du volume globale des embarquements de cacao. Le Canada, le Mexique, la France, les USA ont disparu comme destinations, alors que l’Albanie, la Corée du Sud et le Liban font leur entrée comme destinations. Autres révélations, le cacao camerounais est livré à 33 acheteurs sur le marché international, Cargill et Olam S.A achetant 84 % des fèves du Cameroun, indique l’ONCC.

A lire aussi L’Afrique déclarée continent indemne de la Poliomyélite

Autres performances

Les exportations de la campagne 2019/2020 se chiffrent à 197 537 tonnes. Les experts notent la présence de 29 exportateurs actifs. Pendant la période sous revue, 11 nouveaux acteurs ont fait leur entrée. Il s’agit de Agritrade, Agrifood, CCQ, Cocamtrac Sarl, Cotralog, Friend Sarl, GDG Sarl, Deltrans, Africa Product Ste, Copracam Wynks Trade Sarl.

Les banques ont également leurs performances de l’année dernière face aux exportations de cacao. Les opérations d’exportation ont été domiciliées dans 11 banques. UBA a absorbé 52,9 %, Ecobank (18,4 %) BGFI (8,1%) et BICEC (7,9 %).

Les achats locaux sont largement dominés par Telcar de Mme Kate Fotso, qui prend à elle seule 69 253 tonnes (24 %). Elle est suivie par Olam 61 813 tonnes (21,9 %). Sic Cacao a acheté 53 691 tonnes (19,1 %) et le dernier ici, Producam, 15 390 tonnes (5,5 %). « -281 232 tonnes de cacao ont été déclarées en achat par les opérateurs, dont 60 210 tonnes destinées à la transformation et 221 11 tonnes à l’exportation », commente-ton.

Des achats par Régions place le Centre en tête (48,6 %), le Sud-ouest (28,4%), le Littoral ( 10,3%), le Sud ( 5,6%), l’Est (3,8%), l’Ouest (2,7 %), le Nord-ouest (0,4 %), l’Adamaoua (0.3%). En fin, « la situation sur les marchés mondiaux s’est répercutée sur notre filière cacao. Les ratios représentant la part du prix FOB versé aux planteurs ont varié entre 56,78 % et 92,35 %. Le prix maximum payé au producteur est de 1300 FCFA/kg contre 1270 FCFA/ le kg la campagne passée. Le prix minimum enregistré est de 700 FCFA en début de campagne contre 650 FCFA la campagne passée », souligne l’ONCC

A lire aussi Campagne cacaoyère 2020-2021: Vers une excellence qualitative du cacao camerounais

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance