DOSSIERSOCIETE

Du journal scolaire au journal en ligne: au cœur de la nouvelle ingénierie professionnelle

S’il est une vérité officielle au Cameroun dont on prendrait difficilement le contrepied, c’est celle d’un Cameroun, peuple de résilience. Et de résilients !

S’il est une vérité officielle au Cameroun dont on prendrait difficilement le contrepied, c’est celle d’un Cameroun, peuple de résilience. Et de résilients !

Une résilience dont la jeunesse devrait être le porte-étendard, et dont le jeune blogueur camerounais Étienne Talla, habitué des chutes et des relèvements pourrait être considérés comme un des modèles accomplis dans un pays où le moins qu’on puisse est que les gouvernants se tuent au quotidien avec une rare énergie à faire de la jeunesse un peuple interdit d’’espérer et forcément confinée à la marge d’un processus d’émergence utopique.

Ce jeune pensionnaire de l’’Université de Douala  (Niveau 3) où il étudie les Sciences de la Communication, fut piquée par le virus de la Communication en général et du journalisme en particulier, alors qu’’il est encore sur les bancs du lycée. Fort du constat de son aptitude dans le domaine, la direction du Lycée Bilingue de Deîdo (LYBIDE) à Douala, validera en 2015 son projet de mise sur pied d’’un journal scolaire de liaison, et d’’information des élèves et personnels de cet établissement d’’enseignement secondaire de la capitale économique du Cameroun, dénommé LYBIDE Infos News. Et c’’est à l’’unanimité que ses encadreurs et camarades le désignent pour en assurer la coordination. Une mission qu’’il accomplira non sans une certaine maestria.

Simultanément à ses études secondaires et à la pratique du journalisme scolaire, le jeune Étienne de la fin des années 2010 côtoie des journalistes de renom, notamment ceux faisant dans l’’audiovisuel, afin de promouvoir son journal sur les antennes des radios –c’est le cas particulièrement de Radio Casmando.

La curiosité entreprenante du journaliste en herbe d’’alors émeut et impressionne des aînés qui n’’hésitent pas à lui ouvrir les bras, et à lui « faciliter » l’’accès à des stages d’’apprentissage des ficelles du métier de journaliste ou d’’animateur, selon les opportunités.

Certains, à l’’instar de notre confrère Ndam Njoya Nzoméné pour qui Étienne est carrément un fils, tentent de le dissuader de poursuivre sur la voie d’’une profession qu’’ils exercent quant à eux  comme par addiction, mais qu’’ils savent être sinon l’’abattoir, du moins le cimetière de ses professionnels (clochardisation permanente par les patrons de presse malgré les apparences, corruption, mais aussi brimades de toutes sortes par les autorités du pays – et autres personnalités jouissant d’’une manière ou d’’une autre du statut de puissants – à l’’encontre des journalistes qui ne se limitent pas à chanter leurs louanges ou à relayer sans plus, l’’information officielle…) .

De fil à aiguille, Étienne qui songe faire à ses heures perdues dans l’’animation radio,   en attendant que les études supérieures qu’’il envisage lui fournissent des armes techniques lui permettant d’’aller à l’’assaut du métier de ses rêves, et pourquoi pas, de tutoyer un jour ses idoles, reçoit sur le tas des formations au-delà de ses attentes ou de sa demande, dispensées gracieusement par des aînées volontaires et volontaristes qui entendent chacun marquer d’une pierre blanche la naissance de celui qui s’’annonce comme un « phénomène ».

La naissance de Tallartistik

Entré à l’’université en 2017, le rédacteur-en-chef de LYBIDE News qui ne peut plus logiquement continuer de diriger le LYBIDE  crée avec des amis et camarades « Mon Journal scolaire » un mensuel dédié à la jeunesse scolaire du Cameroun. Mais non seulement l’’avenir est trop prenant pour quelqu’’un qui fait ses débuts à l’’université, mais les moyens financiers pour faire prospérer le projet ne sont  pas forcément à la hauteur des promesses qui lui ont été faites par des organisations susceptibles de l’’épauler avec des insertions publicitaires.  Étienne qui a déjà une expérience assez riche en radio et en presse écrite scolaire songe alors à publier « Mon Journal scolaire » en ligne.

« L’’appétit vient en mangeant », dit l’’adage. De l’’idée de la publication en  ligne de  « Mon Journal scolaire »  naîtra dans l’’esprit du jeune entrepreneur de presse qui a de solides attaches dans le monde de l’’art (nées de l’’époque où il s’’essayait à l’’animation radio sur les antennes de certaines stations urbaines émettant en modulation de fréquence),  l’’idée  de la création d’’un blog ayant vocation à entretenir le public sur l’’actualité culturelle et artistique.

Éponyme, le blog dénommé Tallartistik sort des fonts baptismaux le 28 février 2019. La notoriété de ce jeune blogueur prend alors l’’ascenseur. La preuve, il recevra de nombreuses marques de reconnaissance dont la moindre n’’est pas le Prix du Meilleur Blogueur francophone du Cameroun qui lui a été décerné le 17 décembre 2019 au BDMA.

C’’est que Étienne Talla qui a soufflé sur une bougie de plus le dimanche, 14 juin 2020 a retenu  du quasi-échec de l’’aventure « Mon Journal scolaire » (de 2016 à 2018) la leçon qu’’à défaut grives, on mange des merles. Il nourrissait l’’ambition de servir à son public un journal papier, sorti des presses. Il ne le peut pas, alors, il va se battre pour servir mieux : de l’’information pour former aussi bien les scolaires que leurs aînés (universitaires, amateurs de l’’art et artistes, entrepreneurs culturels et consommateurs de la culture). Pour ce faire,  il fait une incursion vers les métiers du web et intègre l’’Association des Bloggeurs du Cameroun (ABC). Des ateliers de blogging sous l’égide de « Je suis Camerounais et je blogue » de Didier Ndengue et l’’ABC, ainsi des participations fréquentes aux formations de Douala WordPress Meetup dans les studios de LotinCorp, affutent les armes professionnelles du promoteur de tallartistic.com.

Lequel, à son tour, considérant la situation de novice sans expérience dans le domaine du blogging, qu’’il a été à ses débuts, donne l’’opportunité à de jeunes rédacteurs de faire leurs armes dans le cadre de ses projets éditoriaux numériques. Des projets parmi lesquels le jeune blog  généraliste  HorizonCamer, qui fait son entrée dans la blogosphère le 13 novembre 2019, et qui se veut essentiellement informationnel et non partisan, autrement dit, un média neutre dont la vocation est de présenter aux lecteurs des informations sur des sujets variés et dans des styles différents.

« Fonceur et volontariste comme je le connais, il a la gueule et le moral de l’’emploi pour aller loin », dit de lui le vieux journaliste Ndam Njoya Nzoméné qui le connait depuis tout jeune et qui lui souhaite par anticipation « …un joyeux anniversaire et plein succès dans ses entreprises ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance