ECONOMIE
A la Une

Ministère des Travaux publics : Une quinzaine de grands projets déjà exécutée

Développement des infrastructures routières 3234 km de routes à bitumer d’ici 2022

Sur l’ensemble des 51 projets routiers et autoroutiers en cours de réalisation au Cameroun, par les bons soins du Ministère des Travaux publics, pour un linéaire total de 3234,403 km à livrer entièrement d’ici 2022, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, dans le cadre de son Programme de développement des infrastructures routières, certains de ces chantiers achevés, ont déjà été réceptionnés par le Ministre, Emmanuel NganouDjoumessi, entre 2018 et 2020.

Dans sa mission régalienne de construction des routes, autoroutes et ouvrages d’art, pour faciliter la libre circulation en toute sécurité des biens et des personnes entre les différentes villes du pays, notamment les quatre grands pôles économiques, que sont, Douala, Yaoundé, Kribi et Bafoussam, l’ingénieur de l’Etat, qui est le Ministère des Travaux publics, en adéquation avec le Document du stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce), s’est engagé résolument sur la voie de la réalisation des études de faisabilité, de l’exécution, et de la livraison de ces grands projets dans les délais contractuels.

C’est dans cette dynamique que le Ministre, Emmanuel Nganou Djoumessi, assisté dans cette délicate mission par son Secrétaire d’Etat en charge des routes, Armand Ndjodom, pilote avec une attention particulière, la construction en cours, des 51 axes routiers et de 06 ouvrages de franchissement, englobant les routes nationales, les corridors Sous-régionaux, les routes transfrontalières, les autoroutes, et les routes communales, pour le désenclavement des grands bassins de production.

Autoroute Yaoundé – Douala

On citera entre autres les 196 km de l’autoroute Yaoundé – Douala, démarrés le 13 octobre 2014,et dont la première phase de 60 km, entre Yaoundé et Bibodi, de type 2×2 voies extensible à 2×3 voies, avec une largeur totale de 33,5 mètres, est actuellement réalisée à 76,5%, en plus de 25 km de voies de raccordement sur Yaoundé par Minkoameyos, et sur la nationale N°3 par Boumnyebel, pour un financement global de 108 milliards FCFA, répartis entre le partenaire financier Exim Bank China, et le gouvernement camerounais. D’ailleurs la recherche d’un partenaire pour la construction de la phase II,Bibodi – Douala (136 km),de cette infrastructure de modernité, est en cours de finalisation au Ministère des Travaux publics.

Autoroute Edéa – Kribi – Lolabé

Afin de faciliter et de sécuriser les échanges économiques entre la place portuaire de Kribi, et le reste du pays, y compris avec la sous-région, la construction de l’autoroute Edéa – Kribi – Lolabé, est un impératif catégorique. Actuellement, la première phase, Lolabé – Kribi (38 km + 4  km) est presqu’achevée, et les études de la seconde phase, Kribi – Edéa (92 km), réceptionnées en avril 2017 par le ministre Nganou Djoumessi, sont en attente de financements pour le démarrage imminent desdits travaux.

Routes nationales

La construction de plusieurs tronçons routiers va bon train au Ministère des Travaux publics, avec l’appui de ses partenaires stratégiques que sont la Banque mondiale, l’Agence française de développement, Exim Bank China, la Banque africaine de développement, la Banque islamique etc… Avec notamment des taux d’exécution satisfaisants, plus de 90% actuellement,et ou des travaux achevés sur les axes Djoum – Mintom (98 km), Mintom – Lélé (67,5 km), Lélé – Ntam – Mbalam (53 km), Bamenda – Batibo – Numba (82 km), Nachuo – Akagbe – Mamfé – Ekok (63 km), Ngaoundéré – Mbéré (89 km), Falaise de Mbé y compris les accès aux ouvrages (15 km), Manki – Pont de la Mapé (27 km), Batchenga – Ntui (21,3 km), et le tronçon Yoko – Lena (44,9 km), pour ne citer que ceux-là.

Ouvrages de franchissements

On se félicite aujourd’hui de l’achèvement total de la construction du pont sur la Sanaga à Nachtigal, pour un linéaire de 400 mètres, et la réception définitive des travaux du deuxième pont sur le Wouri, et ses 3,5 km de voies aménagées de part et d’autres, avec des viaducs routiers (756 m) et ferroviaires (746 m), pour l’amélioration des conditions de mobilité des populations et la stimulation de l’activité économique du Cameroun et de toute la Sous-région Afrique centrale.

Samuel Bondjock

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance