CULTUREINTERVIEWLIFE STYLE
A la Une

Frédérique Ottou : « Il y a des choses qu’on n’explique qu’avec des mots, on les ressent, on les transmet »

De sa voix groovy, elle navigue entre soul, bikutsi, afropop et autres polyphonies africaines. Le 10 mai 2020, elle a commis sa quatrième composition « Bi Nga Buni », une douce ballade dont elle a le secret. La Rédaction du Quatrième Pouvoir est allée à la rencontre de Frédérique Ottou, notre invitée de la semaine.

Le Quatrième Pouvoir : Que vous a inspiré ce nouveau single ? Comment est-il né ?

Frédérique Ottou : Bonjour, le titre  »Bi nga buni » m’a été inspiré par l’absence de ma mère dans ma vie d’enfant. J’ai grandis dans une famille mono- parentale. Élevés par notre père, mon frère et moi n’avions eu que peu d’occasions pour voir notre mère et passer du temps avec elle. Cela n’aura pas suscité l’inspiration pour la chanson s’il n’y avait pas eu à plusieurs reprises des promesses non tenues de sa part à savoir  » Je viens vous voir tel weekend ou tel jour » mais hélas…on en est là. Naissance dune douceur musicale qui exprime une douleur profonde.

Le Quatrième Pouvoir : Ce titre est à l’opposé de « Gossip » sorti il y’a cinq mois en pidgin, langue locale en zone d’expression anglaise au Cameroun. Annonce-t-il quelque chose ?

FredO : Il est essentiel de faire usage de tout les outils qu’on a sous la main pour transmettre son savoir faire. Moi j’ai la chance d’avoir obtenus tout mes diplômes secondaires en anglais… c’est pour ainsi dire je suis bilingue. C’est un plaisir pour moi de chanter en anglais à chaque fois et le «  pidgin » était une expérience que je renouvellerais si l’occasion s’y prêtait.

Le titre Bi nga buni n’annonce rien en particulier. Il  y a bien entendu des projets en cours mais le temps ne nous appartient pas. Tout se fera graduellement et une communication avant les sorties sera observée à travers des partenaires tels que  »LequatriemePouvoir » et d’autres pour informer les fans que nous comptons très nombreux aujourd’hui.

Le Quatrième Pouvoir : A quand le premier projet/album de FredO ?

FredO : Moi aussi j’attends cette date avec impatience. (Rire) Pour l’heure mon équipe y travail. Vous serait les premiers au courant parole de  »Fred ». Rien n’a encore fuité mais  en attendant, j’invite tout les fans à s’abonner à ma chaine YouTube, à liker, à commenter dans l’espace commentaire de ma chaine. Car leur ressentie me réconforte beaucoup.

Le Quatrième Pouvoir : Lorsqu’on vous écoute dans « feel », free my soul » notamment, vous semblez très amoureuse de la soul. Pourquoi ?

FredO : Il y a des choses qu’on n’explique qu’avec des mots. On les ressent, on les transmet s’il y a moyen et c’est ce qui arrive dans ces titres là. Il y a un vrai travail de fond dans votre questionnaire ça me touche que vous en fassiez allusion. Vraiment bravo. J’ai eu pas mal d’influences soul, pop, jazz, pour ne citer que ça. La  »soul » agit plus en moi parce-que je suis une chanteuse à voix. En musique ma voix est ma première arme. Je continue à la travailler (le travail ne s’arrête jamais) afin de toucher encore plus d’âmes et de cœurs comme j’ose croire, que ça été le cas pour vous.

Le Quatrième Pouvoir : On vous a vu en live Facebook il y’a un mois aux côtés de Taty Eyong en plein confinement. Envisagez-vous d’autres collaborations à l’image de celle avec Mani Bella?

FredO : Merci d’avoir suivi ce live…vous m’impressionnez de plus en plus (sourire). Des collaborations… oui il y en aura bien sure, maintenant ça coute une certaine bourse. Mon équipe et moi apprécieront ce que notre budget nous permet dans ce domaine. Mais c’est inévitable. Restez connectés pour découvrir ça les premiers

Le Quatrième Pouvoir : Quel est l’agenda de l’artiste au regard du déconfinement progressif en vigueur ? (au plan national ou international)

FredO : Mon agenda social c’est la prière. Dieu le Père le fils et le saint esprit a une place énorme dans mon quotidien. Ensuite il y a ma vie de mère que j’affectionne aussi. Mon agenda musicale lui il est à la promotion et l’accessibilité à tous de mon nouveau titre  »Bi nga buni » qui signifie  » on y a crû  ». C’est en langue  » bulu » qui est mon héritage linguistique du côté maternelle. Je m’adresse à elle alors… autant mieux le faire en sa langue. Pour l’heure on reste tous confinés en observant les autres mesures barrières contre le Covid19

Le Quatrième Pouvoir : Un mot à ajouter ? Pour votre public, vos fans….

FredO : J’ai souvent du mal à répondre à ceci. Je préfère qu’on me pose des  questions. Alors je vous donne rendez-vous sur mes différentes pages. Twitter (@missottou), Instagram (Frédérique Ottou), Facebook(FredO) et je répondrai a toutes vos questions. S’il faut parler business vous pouvez joindre mon manager au : 681-36-12-51 (WhatsApp aussi). Je vous remercie

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance