CULTURE
A la Une

Décès d’Aloa Javis: Le MINAC en visite de réconfort

Décédé le 12 mai 2020, la famille d’un des précurseurs de cette tendance musicale au Cameroun, a été objet d’un accompagnement mérité et émouvant de la part du Ministère des Arts et de la Culture.

Le 22 mai 2020, le Ministre des Arts et de la Culture s’est déployé auprès de la famille du défunt, pour une visite de réconfort, sise au quartier Ayene en plein cœur de la capitale Yaoundé. La délégation du MINAC était conduite par le Conseiller Technique numéro 2, Blaise NKENE, accompagné de l’Inspecteur numéro 2, M.BEKONO Daniel, ANGE EBOGO EMERANT, représentant du Comité des Sages,et enfin BA’ANA Larissa, chef de service du budget.

la famille du défunt assistée par le MINAC. Crédit photo: CELCOM, MINAC

En effet, c’est en milieu d’après-midi que la délégation du MINAC a été reçue en présence de Madame NGONO Josepha, épouse du défunt assistée de ses frères et sœurs. Pour le moment, les modalités d’organisation des obsèques, dates, lieux des veillées, levée de corps et inhumation restent à déterminer au regard du conseil familial qui a suivi dimanche 24 mai 2020.

Par ailleurs, la famille a transmis au Ministre des arts & de la culture, leurs sincères remerciements pour sa bienveillance et assistance depuis sa maladie. Une dotation a été octroyée en marge, pour la bonne organisation des obsèques.

Aloa Javis, une légende ne meurt jamais

Aloa Javis a été révélé dans les années 70 avec ses hits qui ont fait danser tout le Cameroun. Subugu mu,Oopérateur, Satan eding, Dze y aye mayi …, le chanteur a fait danser plusieurs générations avec sa musique. Après le décès de Messi Martin en 2005, Aloa était l’une des dernières figures du bikutsi encore en vie.

En novembre 2017, un hommage avait été rendu à l’artiste à Yaoundé, lors de la 19e édition du festibikutsi. Le promoteur René Ayina, s’était exprimé en ces termes : « le festibikutsi rend hommage à deux compagnons d’armes Aloa Javis et Beti Joseph. De la génération de Messi Martin ces artistes musiciens ont fait l’essentiel de leur carrière musicale dans la promotion de rythme éponyme. Le festibikutsi rend hommage à ces compères septuagénaires aujourd’hui dont les mélodies continuent de nous remémorer une certaine époque ».

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance