LEGISLATIVES & MUNICIPALES 2020
A la Une

Makenene : L’élection du maire annulée

Ainsi en a tranché le Tribunal administratif de la région du Centre

Les opérations en vue de l’élection de l’exécutif communal de la commune de Makenene sont annulées ». Cette déci- sion est du Tribunal administratif de la région du Centre au terme de l’audience publique du 25 mars dernier.

Par ailleurs, « des élections auront lieu dans 60 jours suivant l’annulation devenue définitive », a ordonné le président de cette juri- diction, Alexandre Anaba Mbo. Plusieurs faits ont motivé cette décision du tribunal. C’est que l’élection du maire au cours de la session du conseil du février 2020 s’est faite en violation des dispositions légales en la matière. Sur 25 conseillers municipaux que compte cette municipalité du dé- partement du Mbam-et-Inoubou, seulement 15 ont pris part au processus électoral. À l’issue de celui-ci, Nazaire Brolin Njatou Nga- dep a été déclaré élu au premier tour avec une majorité relative, soit huit voix favorables contre sept pour le perdant. Ce qui en soi est contraire à l’article 200 alinéa1 du code général des collectivités territoriales décentralisées qui dispose que « le maire est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

L’élection est acquise au premier tour à la majorité absolue des suffrages exprimés. Lorsqu’une majorité absolue n’est pas obtenue à l’issue du premier tour, il est organisé un deuxième tour. Le candidat ayant obtenu la majorité relative des voix est alors proclamé élu. En cas d’égalité, l’élection est acquise au plus âgé des candidats ». Autre motif ayant favorisé le verdict du tribunal administratif, c’est la composition ir- régulière du bureau d’âge. Celui-ci est constitué du plus âgé des membres du conseil municipal, assisté du plus jeune, ainsi l’exige l’article 202 alinéa 1 du même code. L’on se souvient qu’au soir de l’élection, les populations de Makenene avaient manifesté dans la rue contre le choix du maire initial Nazaire Brolin Njatou Ngadep. Dans leur colère, ces populations avaient coupé la cir- culation sur la route nationale numéro 4 (Yaoundé-Ba- foussam) pour désavouer celui qu’elles considéraient comme un allogène.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance