CORONAVIRUSSOCIETE
A la Une

Coronavirus: Des étudiants camerounais abandonnés à leur gouvernement

Pendant que d’autres pays rapatries leurs citoyens de la chine à cause de la nouvelle épidémie pneumonie qui s’abat sur le pays, le gouvernement camerounais reste sourd à l’appel de ces          jeunes étudiants qui ne demande qu’à rejoindre leurs familles respectives.

La situation est plus compliquée que ce qui est présenté par les médias. A l’université de Huanggang située dans la province de Hubei, les cours sont totalement en halte. C’est du                   moins ce que confie Ted Landry KEOU, étudiant en Business Administration qui nous a  personnellement contacté.

Dans ce campus, les étudiants sont interdits de quitter leur chambre. « Je n’ai qu’une petite vidéo montrant l’état désert de nos rues. Nous ne sortons plus de nos dortoirs, et quand même nous supplions pour avoir un peu de temps pour jouer au basket, la police vient et nous demande de rentrer dans nos chambres. C’est impossible de rester enfermer sans rien faire. C’est une vraie torture pour nous » déclare Ted d’un ton désespérant.

Interdits donc de sortir, ces étudiants se nourrissent des réserves surement achetées en début d’année. « Pour les provisions, nous avons pu heureusement aller au supermarché pour faire assez de recharges pour la dernière fois. On ne sait pas jusqu’à quand tout ça va durer et on espère qu’ils rechargeront le supermarché bientôt. Pour l’eau, nous n’avons pas reçu de livraison depuis quelque temps, on espère toujours que le livreur viendra » confie à nouveau Ted.

Par Ulrich Mmala

Ci-dessous la lettre de Ted Landry KEOU

Bonjour monsieur, j’espère que vous allez bien.

Je suis un Camerounais et je m’appele Ted Landry KEOU. Je suis étudiant en Business Administration en Chine, plus précisément dans la ville de Huanggang située dans la province de Hubei. Ma ville est    la 2e touchée après Wuhan.

J’aimerai tellement vous dire que bientôt tout ira pour le mieux mais en même je dois vous avouer que rien ne s’arrange. Entre informations et rumeurs, nous ne savons pas exactement qui écouter. L’aspect  de la ville est mortuaire, triste. Les rues sont désertes, le bruit des ambulances est devenu si commun.La mort est présente partout.

La manière avec laquelle ils agissent dans notre ville, nous laisse croire qu’ils ne nous disent pas tout et que vous aussi, ils ne vous laisseront pas tout savoir. Ce virus vient d’un laboratoire situé dans la ville Wuhan et non d’un marché d’animaux sauvages. Cela a été confirmé par le gouvernement américain.

Vrai ou faux, je ne sais pas mais ce que j’aimerai c’est revoir le sourire de ma mère, jouer à la console avec mon petit frère, parler avec mon père, observer le jardin à l’entrée de notre maison, écouter les oiseaux chanter à ma fenêtre comme avant, rire avec mes amis et revoir le ciel de mon pays. Il m’est               arrivé de me demander si j’allais mourir ici en voyant mes camarades se faire rapatrier par leur                               gouvernement.

Cette sensation fait tellement mal, comme si mon État maman m’avait oublié car n’étant pas sa priorité. Nos camarades européens ont été évacués, nous autres africains, malgré les sourires forcés, les yeux révèlent à quel point nous sommes attristés. Nous pleurons dans nos chambres, d’autres pensent au  suicide cependant on espère que nos États nous sortiront de cet enfer.

Il y a des choses que nous ne pouvons pas dire à nos parents pour ne pas les inquiéter mais seul Dieu sait à quel point nos nerfs sont épuisés à force de pleurer. J’espère que Dieu touchera le cœur de nos dirigeants afin qu’ils nous fassent rentrer chez nous.

Merci Monsieur…

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance