Présidentielle 2018 : Paul Biya annoncé à Maroua

Les préparatifs dans le chef-lieu de l’Extrême-Nord se sont accélérés ces derniers jours.

«Sauf changement de dernière minute, le chef devrait être à Maroua le 29 septembre pour repartir le lendemain, 30 septembre», affirme une haute personnalité originaire de la région de l’Extrême-Nord qui a ses entrées au palais de l’Unité. En tout cas, les signes de l’imminence de la visite de Paul Biya à Maroua, dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle débutée le 22 septembre 2018, se précisent. En dehors des milliards de FCFA injectés ces dernières semaines dans la voirie urbaine, le gouverneur de la région a été convoqué à Yaoundé le 24 septembre 2014 pour faire le point des préparatifs et recevoir les dernières instructions. Puis, Midjiyawa Bakary, à la tête de cette région depuis juin 2014, a aussitôt regagné Maroua le même jour pour prendre en main les préparatifs de l’accueil du candidat -président. Le 25 septembre 2018, son programme mentionnait une descente sur le terrain pour constater les avancées de la campagne spéciale d’assainissement lancée dans les trois communes d’arrondissement de Maroua.

 

D’une enveloppe globale de 90 millions FCFA débloquée par la présidence de la République, cette opération vise à donner, le temps de la visite du chef de l’État, un semblant d’éclat à certaines artères de la capitale régionale de l’Extrême-Nord. «Le candidat Paul Biya doit pouvoir toucher du doigt la réalité. Pourquoi lui cacher ce qu’est Maroua ? Comment peut-il s’attaquer aux problèmes si à chaque fois, il faut mettre une couche de vernis sur la réalité ?», s’interroge Abdourahman. «C’est cette tricherie-ci que nous dénonçons, que nous refusons. Toujours la politique de l’autruche, de la fuite en avant, et une fois le chef de l’État parti, nous serons une fois de plus abandonnés à nous-mêmes », poursuit l’étudiant. De fait, depuis qu’une probable visite du chef de l’État à Maroua flotte dans l’air, la capitale régionale de l’Extrême-Nord a rarement été l’objet de si grandes attentions de la part du gouvernement. Trois milliards FCFA ont ainsi été débloqués en urgence par la présidence de la République via le ministère du Développement urbain et de l’habitat (Minduh), au profit de trois entreprises chargées de boucher les nids de poule le long des voies que devrait emprunter le candidat -Président.

 

Avant cette belle générosité, le Minduh avait déjà injecté 2,7 milliards FCFA dans la voirie urbaine et 3,5 milliards FCFA pour l’aménagement des berges du Mayo auxquels il faut ajouter les travaux effectués par le Génie Militaire pour un montant global de deux milliards de FCFA.

«L’Extrême-Nord l’a toujours accompagné, lui est d’une grande fidélité et le conduira à la victoire. Nous ne marchandons pas notre soutien au Président», souligne Joseph Toura, responsable du Rdpc dans le Diamaré. Locomotive électorale du Grand-Nord et enjeu majeur de cette élection présidentielle, l’Extrême-Nord qui affiche à son compteur plus d’un million d’électeurs a toujours été un partenaire politique décisif pour le candidat Paul Biya. Mais depuis quelques années, une sorte de désaffection s’est installée chez les populations au fur et à mesure que l’élite locale qui lui sert de relais sur le terrain perdait en crédibilité. «Les gens regardent le Président Paul Biya à travers leurs élites. Or, nombre de celles-ci sont vomies», regrettent Joseph Toura.

 

Plus que le défi de la mobilisation qui sera assurément gagnée, c’est l’enthousiasme de l’Extrême-Nord profond qui pourrait faire défaut à ce grand moment de la campagne présidentielle. «Les gens ici aiment le Président. Quoi qu’on puisse dire, il fait partie de leur quotidien et je puis vous rassurer qu’il va largement remporter le scrutin ici. Mais il ne faudra

surtout pas mettre l’éclatante victoire attendue à l’actif de l’élite du Rdpc. Surtout pas», insiste Lazare Vourjeuk, un diplômé de l’enseignement supérieur mais moto-taximan à Maroua

 

Douworé Ousmane

Facebook Comments
Tags
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close