LA «BRIGADE ANTI-SARDINARDS», ARME D’EXCLUSION MASSIVE

Avec un taux de participation faible à l’élection présidentielle 2018, l’on observe que la diaspora camerounaise qui, depuis l’Europe et l’Amérique, veut le changement, boude les inscriptions sur les listes électorales.

Ignorant la voie la plus sûre pour impulser l’alternance à la tête du Cameroun, elle multiplie les actes de défiance de l’autorité publique pour tenter de faire plier le régime de Yaoundé. La dernière trouvaille est l’organisation dite «brigade anti-sardinards» (BAS), née dans un contexte post-électoral trouble et dont l’objectif principal est d’empêcher la tenue des concerts de tous les musiciens camerounais ayant apporté leur soutien à Paul Biya pendant la campagne électorale pour la présidentielle 2018. La gratuité de l’entrée du méga concert organisé le 6 octobre 2018 au Palais polyvalent des sports de Yaoundé (Paposy) indique que les artistes y ayant pris part avaient été subventionnés pour exercer le seul métier qu’ils ont.

 

Le courroux et le rejet dont ils sont l’objet aujourd’hui étonnent alors plus d’un. Et indigne Coco Argenté qui s’épanche à propos sur sa page facebook : «Mes très chers frères et sœurs, aujourd’hui je suis musicalement exclue de l’Europe pour avoir fait la seule chose que je sais faire: la musique. J’ignorais qu’en partant chanter pour X ou Y, je prenais parti. Je suis apolitique mais aujourd’hui je suis avilie par mes propres frères et sœurs avec lesquels pourtant, depuis des années, nous vivons dans cette absolutisme. Comme vous, je suis pour le changement». Tous les musiciens du Cameroun n’ont pas seulement soutenu la candidature de Paul Biya pendant la présidentielle d’octobre 2018. Maurice Kamto a bénéficié du soutien de l’artiste musicien Valsero, Longue-Longue était ouvertement aux côtés d’Akéré Muna et One love avait jeté son dévolu sur Serge Espoir Matomba. Mais tous restent d’abord des défenseurs du patrimoine culturel.

 

La BAS, dont le porte-parole est un certain Salomene Tchaptchet Yankap, est créée par un groupe d’activistes parisiens. Ses membres sillonnent les pays d’Europe pour tenter de faire annuler les spectacles des artistes musiciens dont les noms figurent sur leur liste. Le concert de Coco Argenté, plus connu sous le pseudo de la «Go galaxie», et celui de Grâce Decca ont été frappés par ces terroristes. Dans leur démarche macabre, ils ont devoir faire appel à Claudy Siar, présentateur de Couleur Tropicale,

célèbre émission de promotion de la musique africaine sur Radion France internationale (RFI). Les membres de la BAS souhaitaient obtenir de lui qu’il ne reçoive plus les artistes qui ont soutenu ouvertement Paul Biya le 6 octobre 2018 au Paposy. Malheureusement pour eux, Claudy Siar ne mange pas de cette soupe. «A la radio, mon rôle n’est pas celui de censeur mais de mise en valeur des talents. Je ne suis pas là pour critiquer les opinions politiques des artistes pro ou anti Biya», écrit l’animateur sur son mur Facebook.

 

FABRICE BELOKO

Facebook Comments
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close