Tuesday, 13 March 2018 19:26

CAMEROUN- SÉNATORIALES 2018 : LES DIRECTIVES DU CNC À LA PRESSE

Written by FLORETTE MANEDONG

Elles sont la substance du point de presse donné vendredi dernier par le Conseil national de la Communication.

Reposant sur plusieurs articles de différents décrets, les directives à respecter par l’ensemble des médias lors de la couverture des sénatoriales 2018 au Cameroun ont été répertoriés et diffusés par le régulateur, le Conseil national de la communication (CNC). Le CNC a, à cette occasion, organisé à son siège, un point de presse vendredi 09 mars dernier à 14h pour sensibiliser les médias.

 

Ainsi, de la presse audio-visuelle à la presse écrite en passant par les autres, le tour a été fait. D’abord cet article 9 du décret du 13 février 1992 fixant les modalités d’accès des partis politiques aux médias audiovisuels du service public de la communication. Le régulateur a tenu à rappeler que, «toutes les émissions à caractère politique sont suspendues pendant toute la durée de la campagne électorale ». De même, que les émissions d’expression directe des partis politiques représentées à l’assemblée Nationale sont suspendues pendant toute la durée de la campagne électorale.

Il en est de même pour la présence des candidats dans toutes les autres émissions autres que celles prévues dans le cadre de la campagne électorale et du traitement normal de l’information. A l’endroit des journalistes particulièrement, il leur a été dit lorsqu’ils sont candidats aux élections, ils ne doivent ni paraître à l’écran, ni s’exprimer sur les ondes, ou encore moins figurer au générique d’une émission pendant la période de campagne électorale jusqu’à la fin du scrutin.

 Les médias sont également tenus au respect des principes d’équilibre, de transparence et de pluralisme. Ainsi, selon l’alinéa 2 de l’article 11 du décret du 23 janvier 2012 portant réorganisation du CNC, ceux-ci doivent faire attention à ne point diffuser dans des espaces d’informations, des activités isolées de campagnes de partis politiques. Par contre, ils peuvent accorder à tous, dans les règles de l’art, le même espace pour le traitement d’une information relative à la campagne. Il en est de même pour les organes de presse écrite, dont les campagnes peuvent susciter des thématiques de reportages ou d’enquêtes, mais en aucun cas, ils ne doivent rendre compte d’une activité d’un candidat, à condition d’accorder à tous les partis en compétition, le même traitement.

 PROPAGANDE ÉLECTORALE

 Par ailleurs, concernant les messages de propagande électorale, ils ne doivent en aucun cas faire l’objet d’un article signé ou clamé par un journaliste, et doit en conséquence occuper un espace bien précis : en presse écrite. Il doit clairement porter la mention «publireportage » ou «message de campagne». A la radio, il «doit être précédé et suivi d’un jingle conséquent», et en télé, «d’un écran visuel et une annonce sonore» qui doivent pouvoir éclairer le téléspectateur.

 Pour finir, le CNC a également attaché du prix au respect de la paix sociale, de l’unité et de l’intégration nationale. Ainsi, tout ce qui est de nature à fragiliser les idéaux de paix, tout appel à la sécession et tout propos de nature à favoriser des affrontements est fortement prohibé et sera sévèrement «sanctionné selon les procédures habituelles du Conseil». Voilà qui servira de mise en garde pour les sénatoriales du 25 mars 2018, dont la campagne a démarré le samedi 10 mars 2018 sur l’ensemble du territoire national.

 

SOURCE : L’OEIL DU SAHEL N°1047 DU LUNDI 12 MARS 2018

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers