Monday, 05 March 2018 02:16

CAMEROUN - PRÉSIDENTIELLE 2018: ET SI C'ÉTAIT MAURICE KAMTO?

Written by FREDY ESSOME / LE QUATRIEME POUVOIR

Invité Jeudi dernier sur Equinoxe Télévision au JT du 20H, le président du MRC est resté égal à lui-même. Entre enthousiasme et perspicacité, l'avocat émérite a réussi une opération séduction.

D’entrée de jeu, à la question du journaliste Cedrick Noufele, de connaître si ces consultations étaient pour que la coalition se forme autour de lui,  il a répondu sans ambages "oui. Je veux que cette coalition se forme autour de moi". Il a précisé qu'il n'est pas encore candidat. Pour l'instant, il est juste candidat à la candidature au sein de son parti et qu'il espère que les militants du MRC lui accorderont leur confiance. Il a souligné que pour parler de cette coalition, il y a un paramètre très important qui est la maîtrise sur le terrain et que c'est cela qui détermine le candidat autour duquel il faut coaliser,  et que c'est justement cette dynamique qui s'est mise en place en 92 autour de FRU NDI, et qu'il était bien parmi ceux qui ont soutenu FRU NDI à cette époque. Que le débat du candidat unique est un faux débat parce que même quand cette coalition va se former, le pouvoir en place va créer un autre candidat de l'opposition.

A propos de la crise anglophone, il a dit qu' « il est important que le PR se rende dans les régions anglophones avec une délégation composée d'autorités traditionnelles, de membres de la société civile, et diverses personnalités pour aller apaiser les cœurs. Que la sécession n'est pas une option car nous avons combattu pour que  Ce Cameroun ait ce territoire et qu'il n'est pas question pour nous d'accepter la partition du Cameroun ».

Sur la forme de l'Etat, « au stade actuel où se trouve la crise, nous ne pouvons pas imposer une forme de l'Etat. Si nous accédons à la magistrature suprême, nous allons organiser des assises et c'est de là que sortira la forme de l'Etat que nous voulons pour notre pays. Nous ne pouvons pas répondre formellement sur cette question parce que nous ne savons pas ce qui sortira de ces assises. »

L’avocat émérite a décrié la mauvaise gestion de cette crise par le gouvernement et son incompétence à gérer le pays notamment sur le cas des enseignants qui ont été arrêtés pour avoir revendiqué leurs arriérés de salaire.

Sur ces consultations avec d'autres forces d'opposition, Maurice KAMTO a tenu à affirmer que rien n'est encore décidé. Que les consultations continuent. C'est à la fin qu'il fera un compte rendu. Ça peut avoir des résultats infructueux comme on peut avoir de belles surprises.

L’homme politique a martelé les propositions du MRC pour la réforme du code électoral notamment l'instauration du bulletin unique, d'un second tour à la présidentielle. Qu'il faut que les camerounais aillent s'inscrire massivement sur les listes électorales  qu'ils aillent voter et qu'ils défendent leurs voix.

En outre, il a ajouté du manque de justice dans notre pays, sa partialité en évoquant les cas ATANGANA MEBARA et MARAFA qui illustrent le manque de sérieux dans la gestion des affaires judiciaires dans notre pays.

Par ailleurs, au le plan international, il a rappelé que le procès de Theodorin OBIANG ouvert en France, ne le concerne pas. Il ne s'occupe que de l'affaire entre l'Etat de Guinée équatoriale et la France. Que les accords internationaux confèrent l'immunité à des personnalités au sommet des États et que ce qui se passe est en violation de ces accords et que la France a saisi une représentation diplomatique de la Guinée Équatoriale. Ce qui est une violation du droit international.

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers