Tuesday, 28 November 2017 18:30

CAMEROUN - POLITIQUE: LE SDF VEUT UN DEBAT SUR LA CRISE ANGLOPHONE

Written by DOUWORE OUSMANE / OEIL DU SAHEL

Le parti de John Fru Ndi veut qu’on inscrive ce sujet à l’ordre du jour de la prochaine plénière.

Dans  une  correspondance datée du 23 novembre 2017, le président du groupe parlementaire du Social democratic front  (SDF)  au  Sénat,  Jean Tsomelou a saisi le président du  Sénat  pour  lui  demander «l’inscription de la crise anglophone à l’ordre du jour de la prochaine séance plénière aux fins de la construction d’une commission spéciale ah-doc». Celui-ci  motive  sa  demande sur la base de l’article 35 de la Constitution  qui  dispose  que «le Parlement contrôle l'action gouvernementale par voie des questions orales ou écrites et par  la  constitution  des  commissions  d'enquêtes  sur  des objets déterminés». Et le parlementaire complète son argumentaire  par  l’article  40  du règlement intérieur du Sénat : «Le Sénat peut constituer des commissions spéciales pour un objet  déterminé,  notamment d'intérêt  national  majeur. 

La résolution  portant  création d'une commission spéciale fixe également la procédure à suivre pour la nomination de ses membres». Pour  le  SDF,  «l'évolution dramatique, la radicalisation et  les  derniers  développements  tragiques  qu'a  connu cette pernicieuse crise sociale devenue politique qui mine les régions du Sud-Ouest et Nord-ouest depuis un an environ, en font un objet d'intérêt national majeur par excellence». Toutefois,  la  démarche épistolaire  du  président  du groupe parlementaire du SDF au  Sénat  n’a  cependant  pas un caractère injonctif. «Nous savons compter sur la particulière célérité que le contexte, l'envergure et la pertinence de la  présente  démarche  vous suggéreront  dans  le  traitement de ce dossier», écrit-il.

Mais, l’on craint déjà que le jour de la plénière, qui devrait avoir lieu en principe ce lundi, les sénateurs du SDF reproduisent le même scénario de leurs collègues de l’Assemblée nationale. Eux aussi avaient souhaité  que  la  crise  anglophone soit inscrite aux débats en plénière. Cette réclamation n’ayant  pas  été  prise  en compte  par  le  président  de l’Assemblée  nationale,  les élus de cette formation politique, ont décidé de passer à l’action en bloquant la séance d’adoption des lois jeudi dernier en chantant à haute voix :  «How  many  people  Paul Biya go kill oo». Une véritablement  provocation  que  les députés  du  Rassemblement démocratique  du  peuple camerounais (Rdpc) n’ont pas cautionnée.  Ceux-ci  ont immédiatement  quitté  la salle, sous la conduite du président  de  l’Assemblée  nationale Cavaye Yéguié Djibril qui présidait les travaux.

Jean-Michel  Nintcheu, député SDF pour le Littoral, avait  alors  expliqué  que  ses collègues et lui avaient adopté cette  stratégie  pour  signifier leur mécontentement de la non prise en compte du sujet de la crise  anglophone  dans  les débats  en  plénière.  Celui-ci avait  précisé  que  «si  cette revendication  n’est  pas  prise en compte, il n’y aura aucun débat et aucune délibération à l’Assemblée  nationale».  Des observateurs de la scène politique nationale craignent que cette «révolte» ne contamine les sénateurs du SDF.

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers