Monday, 05 March 2018 02:10

CAMEROUN - PROJETS ROUTIERS: LE POINT SUR LES CHANTIERS

Written by ROSINE NTOLO

Les problèmes d’indemnisations, la libération des emprises et l’insécurité sont quelques contraintes à lever pour faire avancer les travaux.

Dans le portefeuille du ministère des Travaux publics (Mintp), plus d’une quarantaine de projets routiers sont en cours de réalisation au Cameroun. Des chantiers, qui selon le cahier de charges des entreprises concessionnaires, devraient pour la plupart être livrés en cette fin d’année 2018. Afin d’éviter tout retard sur les délais d’exécution, Emmanuel Nganou Djoumessi, le ministre des Travaux publics, a effectué mardi dernier à Yaoundé, une revue des chantiers en cours.

 

Il s’agit d’une série de concertations avec les responsables des entreprises et les missions de contrôle engagées dans l’exécution des grands projets routiers au Cameroun. Pour le ministre, il était question, au cours de cet exercice, de répondre principalement à deux questions : « Où en sommes-nous ? Et quelles sont les contraintes majeures à lever afin que les travaux se poursuivent sereinement et s’achèvent dans les délais ? ». La construction des autoroutes Douala-Yaoundé et Kribi-Lolabe, l’aménagement des entrées Ouest et Est de la ville de Douala ; la construction du deuxième pont sur le Wouri; l’aménagement de la route Manki-Pont de la Mapé ; les routes Kumba-Mamfé, Nkolessong-Nding, Sangmélima- Djoum-Mintom-Frontière Congo, ainsi que les travaux de réhabilitation de la route Babadjou-Bamenda, etc. sont entre autres projets soumis à l’évaluation.

 

Entamée le 13 octobre 2014 et devant tenir sur un linéaire de 60 km, la phase I de la construction de l’autoroute Douala-Yaoundé intégrant la construction de trois échangeurs, 30 ouvrages de rétablissement de communication, 224 dalots et d’un pont de 360 m de long, enregistre un niveau de réalisation de 56% pour une enveloppe globale de 345,781 milliards Fcfa. Pour ce qui est de l’autoroute Kribi-Lolabé, 77% des travaux sont déjà réalisés sur un linéaire de 38,5 km d’autoroute et 4,5 km de voie de rétablissement pour un coût de 250 milliards Fcfa. Une revue des projets routiers qui a certes révélé des cas d’avancements mais également des situations d’extrême lenteur. La « nationale n°1 » dans le Septentrion ainsi que les tronçons situés dans la zone anglophone, enregistrent des taux d’exécution des travaux les plus faibles (moins de 15%). La raison avancée ici c’est la situation sécuritaire très instable due aux différentes crises qui secouent ces zones. La secte terroriste Boko Haram et la crise « dite anglophone » notamment.

 

Les entreprises déplorent également les lenteurs dans la libération des emprises et le non-paiement des décomptes au niveau du Trésor public, les lourdeurs administratives, la faible participation des concessionnaires (Camtel, Enéo etc.). Malgré ces aléas, Emmanuel Nganou Djoumessi reste péremptoire. Aucun retard ne sera toléré. « Quand le Cameroun entreprend de créer une route, il va vous donner les moyens. Il y aura des pénalités de retards qui seront donc amputées aux entreprises. Mais nous ne voulons pas en arriver là puisque nous sommes des partenaires, alors que chacun fasse son travail », a-t-il déclaré. Le Mintp prévoit d’ailleurs dès le début du mois prochain de visiter les différents chantiers en cours. Première escale, l’Extrême- Nord, avec l’axe Maroua-Mora.

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers