Saturday, 25 November 2017 01:30

CAMEROUN – JUSTICE : COMMUNE DE MBANG, LA TETE DU MAIRE MISE À PRIX POUR 1,6 MILLIARD DE FCFA

Written by HERVE NDOMBONG / EMERGENCE

Les Conseillers municipaux sont prêts à en découdre. Le chef de l’Exécutif communal a d’ailleurs été remplacé et la justice est saisie du dossier.

lls sont quatre Conseillers municipaux présents hier, 23 Novembre 2017, au tribunal  criminel  spécial  (Tcs) pour  enfoncer  encore  plus profondément dans les méandres de la justice le nommé Ngolzamba  Joseph  Camille, maire  de  la  Commune  de Mbang entre 2007 et 2013. Comme  représentant  de  la partie civile l’un des leurs, le nommé  Ngouassa  Simplice (Conseiller  municipal),  au banc des témoins de l’accusation, le Maire par intérim, le sieur Mengack Cyprien.

Il est par ailleurs l’adversaire politique de celui qu’il a contribué à accabler. Tous font partie des auteurs de la dénonciation qui a conduit à l’arrestation du maire déchu.

Arguments politiques…

Le Maire par intérim, Mengack Cyprien, s’est appuyé sur le rapport d’une organisation de la société civile, en l’occurrence le Codas, pour corser la plainte qui a été émise contre sieur Ngolzamba. Le maire n’a rien fait. Elle fait état de ce que les populations n’ont pas bénéficié de la Rfa. Il n’y a aucune réalisation visible, soutient l’intérimaire. Même  lorsque  le  Tribunal, pour voir clair, demande comment les conseillers municipaux  pouvaient  contrôler l’action du maire ? Sieur Mengack a la réponse idéale : il suffit de croiser le compte administratif à la réalité sur le terrain. Lui-même qui ne pouvait  pas  être  au  parfum  de l’activité interne de la mairie se souvient que, étant un natif du coin qui y a passé presque toute sa vie, il se souvient que la Mairie avait deux pick-up et un camion Benne Toyota 600, qui sont portés disparus.

Ce qui n’a pas été du goût du maire en détention à la prison centrale de Kondengui depuis le 29 décembre 2015.

Riposte politique

Le  Maire  en  difficulté  n’est pas passé par quatre chemins lorsqu’il  demande  à  l’intérimaire  d’expliquer  pourquoi celui-ci a seulement attendu 2007 pour faire des démonstrations autour de l’utilisation de la Rfa. Mieux, il lui a également demandé s’il a déjà redistribué  cette  Rfa  depuis qu’il a occupé le fauteuil en 2013. Refusant de répondre à la première question, il a plutôt riposté à la seconde en indiquant clairement que : « Les comités locaux de gestion son caducs  puisque  qu’âgés  de trois ans au moins alors que durée d’existence est de deux ans ». Il faut attendre le renouvellement des comités et ensuite  recevoir  les  différents programmes  de  développement proposés pour envisager un financement d’autant que le budget sera bientôt voté, a indiqué Mengack Cyprien.

A  titre  de  rappel,  le  maire Ngolzamba est soupçonné du détournement  de  la  somme 1,6 milliard de FCFA de gestion  de  la  redevance  forestière  annuelle  et  de  s’être approprié  le  matériel  de  la Commune.

Les Conseillers municipaux sont prêts à en découdre. Le chef de l’Exécutif communal a d’ailleurs été remplacé et la justice est saisie du dossier.

lls sont quatre Conseillers municipaux présents hier, 23 Novembre 2017, au tribunal  criminel  spécial  (Tcs) pour  enfoncer  encore  plus profondément dans les méandres de la justice le nommé Ngolzamba  Joseph  Camille, maire  de  la  Commune  de Mbang entre 2007 et 2013. Comme  représentant  de  la partie civile l’un des leurs, le nommé  Ngouassa  Simplice (Conseiller  municipal),  au banc des témoins de l’accusation, le Maire par intérim, le sieur Mengack Cyprien.

Il est par ailleurs l’adversaire politique de celui qu’il a contribué à accabler. Tous font partie des auteurs de la dénonciation qui a conduit à l’arrestation du maire déchu.

Arguments politiques…

Le Maire par intérim, Mengack Cyprien, s’est appuyé sur le rapport d’une organisation de la société civile, en l’occurrence le Codas, pour corser la plainte qui a été émise contre sieur Ngolzamba. Le maire n’a rien fait. Elle fait état de ce que les populations n’ont pas bénéficié de la Rfa. Il n’y a aucune réalisation visible, soutient l’intérimaire. Même  lorsque  le  Tribunal, pour voir clair, demande comment les conseillers municipaux  pouvaient  contrôler l’action du maire ? Sieur Mengack a la réponse idéale : il suffit de croiser le compte administratif à la réalité sur le terrain. Lui-même qui ne pouvait  pas  être  au  parfum  de l’activité interne de la mairie se souvient que, étant un natif du coin qui y a passé presque toute sa vie, il se souvient que la Mairie avait deux pick-up et un camion Benne Toyota 600, qui sont portés disparus.

Ce qui n’a pas été du goût du maire en détention à la prison centrale de Kondengui depuis le 29 décembre 2015.

Riposte politique

Le  Maire  en  difficulté  n’est pas passé par quatre chemins lorsqu’il  demande  à  l’intérimaire  d’expliquer  pourquoi celui-ci a seulement attendu 2007 pour faire des démonstrations autour de l’utilisation de la Rfa. Mieux, il lui a également demandé s’il a déjà redistribué  cette  Rfa  depuis qu’il a occupé le fauteuil en 2013. Refusant de répondre à la première question, il a plutôt riposté à la seconde en indiquant clairement que : « Les comités locaux de gestion son caducs  puisque  qu’âgés  de trois ans au moins alors que durée d’existence est de deux ans ». Il faut attendre le renouvellement des comités et ensuite  recevoir  les  différents programmes  de  développement proposés pour envisager un financement d’autant que le budget sera bientôt voté, a indiqué Mengack Cyprien.

A  titre  de  rappel,  le  maire Ngolzamba est soupçonné du détournement  de  la  somme 1,6 milliard de FCFA de gestion  de  la  redevance  forestière  annuelle  et  de  s’être approprié  le  matériel  de  la Commune.V

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers