Tuesday, 08 August 2017 12:27

LA MORT PAR L'AMNÉSIE: UN PEUPLE SANS MÉMOIRE EST UN PEUPLE QUI N'EXISTE PAS

Written by CLAUDE WILFRIED EKANGA EKANGA / LE QUATRIEME POUVOIR
Rate this item
(1 Vote)

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la mort de quelques-uns de nos héros nationaux: Mebenga Mebono (alias Martin Paul Samba), Ngoso Din, ou encore Douala Manga Bell, exécutés sans ménagement le 8 Août 1914.

 Ils ont en commun d'avoir longtemps servi la métropole allemande en tant que Nègres de Maison, contre le continent africain, avant de constater leur effronterie et de désormais se battre en Nègres des Champs, pour l'intérêt du Cameroun et des peuples colonisés.

 Le problème avec les colons, hier comme aujourd'hui, c'est cette tendance bizarre à qualifier de "traîtres", ceux qui privilégient l'émergence de leur terre-mère et lui témoignent leur patriotisme. Voilà pourquoi le retournement de veste de ces illustres personnages fut qualifié de "Hochverrat" (Haute trahison) par l'administration allemande.

 Et puisque nous on n'est pas des gens bizarres, je mets ce jour à profit pour glisser une lettre aux Nègres de Maison du 21ème siècle. Le traitre n'est pas celui qui vit en Occident, ou qui a des amis occidentaux. Encore moins celui qui s'inquiète pour son continent bien que vivant à l'extérieur. Le traître, c'est celui qui, parce qu'il vit en Occident ou ailleurs, aime tellement son bourreau qu'il est prêt à nuire à son continent pour les beaux yeux et les intérêts de ce dernier.

 En d'autres mots, je comprends que l'Europe ou les USA vous aient tout donné, je comprends que vous ayez des familles black and white, et que vous soyez Franco-Guinéen, Germano-Sénégalais, Italo-Camerounais ou Belgo- XYZ. Je comprends que ce soit votre "Terre d'accueil", je comprends aussi que nous sommes dans la "mondialisation" et autres gros mots difficiles à  expliquer.. Je sais que vous êtes tout cela, mais comprenez à votre tour que nous ne sommes plus au Moyen- Âge, et que la récréation est finie. Notre peuple est un chantier immense avec beaucoup de problèmes qu'il faut résoudre. Et nous sommes les seuls à pouvoir le faire si on ne veut pas continuer à souffrir de la pauvreté matérielle et mentale, et à mourir par centaines dans la mer.

 Comprenez qu'il est venu l'heure de se rendre utile pour de vrai, et de travailler à des projets de grande envergure qui redresseront l'infrastructure sociale, et politique, mais surtout économique de l'Afrique.

 Les enjeux géostratégiques du moment sont de taille, et pour l'instant, nous sommes les seuls perdants. Il est temps de risquer les moqueries, les découragements, les insultes, les obstacles et les peurs pour ce qu'on croit juste. C'est de cette façon que ceux qui nous dominent aujourd'hui sont devenus puissants. Ce n'est pas en se tournant les pouces après avoir gémi et prié.

 Il est temps de couper votre temps en deux et d'en consacrer la moitié à l'Afrique. Car lorsque le colon se trouve sur nos terres, il ne s'embarrasse pas d'absurdités telles que "terre d'accueil" et ne perd pas le temps avec des titres tels que "Camerouno-Français ou Tchado-Italien’’. Il est avant tout ce qu'il est, et ce n'est pas la durée de temps passée en Afrique qui y change quelque chose. Ils nous doivent tout de leur niveau de vie, et pourtant, ça ne les empêche pas de perpétuer le colonialisme pour leur propre compte. Il s'agit donc simplement de faire pareil.

 Ne vous préoccupez pas de ce que le bourreau pensera de vous, puisque quand il puise vos richesses chez vous chaque seconde qui passe, ce que vous pensez de lui ne l'intéresse pas.  C'est de ce paradoxe que se sont rendu compte Douala Manga Bell et ses Alter-ego sus-cités. Et c'est ce qui fait d'eux des héros. Si le colon vous en veut pour cela, sachez que vous êtes sur le bon chemin. Ce n'est pas vous qui êtes un traitre ingrat, au contraire, c'est plutôt lui qui ne vous a jamais aimé. Puisqu'il ne vous accepte que lorsque vous êtes à son service et se moque du sort de votre patrie. C'est comme si votre femme vous interdisait de prendre soin de votre mère. Sacrilège.

 

Le siècle présent se jouera en Afrique. Et ces grands hommes l'avaient compris. Alors Vive D.Bell, vive Ngoso DIN, vive Mebenga Mebono, vive l'Afrique.

Et aux Nègres de Maison, vous tenez la preuve qu'il n'est jamais trop tard pour revenir à la raison.

 

Claude Wilfried, Francfort- sur- le-Main, 8 Août 2017

Read 746 times

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers