×

Warning

JUser: :_load: Unable to load user with ID: 252
Wednesday, 05 April 2017 01:00

FIRST SHORT 2017: LE CAMEROUN TERRE D’ACCUEIL DES FILMS D’ECOLE Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

L’odyssée de ce rendez-vous cinématographique intournable commence en 2014 à la sortie d’un cours magistral à l’université de Yaoundé I. Le jeune étudiant Césaire Moutédevenu promoteur dudit évènement et quelques camarades s’offusquaient du fait que les films réalisés dans le cadre de leurs évaluations n’avaient pas de suite et n’avaient pas de véritables de plateforme de vulgarisation interne et externe.

C’est ainsi que ces jeunes académiciens ont décidé de créer le « first short »encore appelé festival panafricain de films d’école de Yaoundé. Ayant pour but de promouvoir le film d’école en Afrique centrale, il est avant tout un moment d’échanges entre jeunes étudiants des écoles de cinéma et d’audiovisuel de divers horizons. C’est l’instance de diffusion du tout premier court métrage dans la vie des réalisateurs en herbe.

Rendu à sa quatrième édition du 12 au 15 Avril 2017, la ville de Yaoundé brillera de pleins feux et deviendra la capitale africaine du film école. Pour cette édition, le comité d’organisation veut mettre les petits plats dans les grandsen planifiant desactivités pluridimensionnelles. Baptisé sous le thème « cinéma camerounais et législation » cette édition voudrait servir de point focal à la sensibilisation du ministère des arts et de la culture sur la législation en matière de cinéma et d’audiovisuel au Cameroun. En effet, il a été donné de constater que la plupart des réalisateurs camerounais amateurs et professionnels ne respectent pas la réglementation en vigueur. A titre d’exemple, pour tourner un filmsur le territoire camerounais, le réalisateur ou producteur doit demander une autorisation de prises de vue. De même,le dit film à l’étape du « prêt à diffuser » doit passer devant une commission de norme et de contrôle pour acquérir un visa d’exploitation. Voilà autant de dispositions que précisela loi n°88/017 du 16 décembre 1988 fixant l’orientation de l’activité Cinématographique au Cameroun.Le thème central de cette année sera débattu avec un panel d’expert de la cinématographie camerounaise et du ministère des arts et de la culture à l’université de Yaoundé I dès 14heures le vendredi 14 avril 2017.

Beaucoup d’autres articulations meublerontcetteédition. Il s’agira des projections cinématographiques aux lieux habituels (l’université de Yaoundé I, la salle Sita Bella et l’IFCPA de la CRTV à Ekounou) les 13 et 14 Avril prochain. Par ailleurs, un atelier d’initiation à l’écriture du scenario seradiligenté par l’association Extérieur Jour, encore appelée Association des scénaristes professionnels du Cameroun du 13 au 15 du même mois. La cérémonie de descente des marches du samedi 15 avril 2017 viendra clôturer la kyrielle d’activités avec les récompenses des meilleurs courts métragesà travers neuf catégories de stylo d’or. Entre autres, il s’agit des stylos d’or du documentaire, de l’interprétationféminine, de l’interprétation masculine, de la meilleure école, du film étranger, de l’espoir et du prix spécial du jury pour ne citer que ceux-ci. Le jury qui va présider aux destinées de la vingtaine de films courts métrages issus du Cameroun, Togo, Tunisie,Benin, Côte d’ivoire, Tchad, Iraq et la France est d’ores et déjà choisi. Il s’agit de Pierre Patrick Touko, Critique de cinéma et technicien aguerrit de la direction photo, ensuite de LamenuTedjou, scénariste, et enseignant chercheuren cinéma et enfin de MartialKouamo, réalisateur et promoteur de festival de cinéma.

L’innovation majeure cette année, c’est l’institution d’un nouveau prix intitulé le prix « Arthur si bita » ou stylo d’honneur qui a pour ambition de récompenser la carrière d’un cinéaste africain. Pour rappel, Arthur Si Bita, cinéaste et producteur camerounais est décédé les armes à la main, des suites d’un arrêt cardiaque à l’esplanade du musée national de Yaoundé, il y a quelques mois alors qu’il participait à un atelier sur la promotion cinéma camerounaispendant le dernier festival national des arts et de la culture. A la lecture des éditionsprécédemment réussies, il est fort louable de soutenir cetévènement qui promeut le « B A BA » de la réalisation du court métrage au Cameroun. Il ne reste plus qu’à attendre la présence massive du public dans les sallespour écouter le clap début pour faire tourner le moteur cette quatrième édition.

Read 282 times Last modified on Tuesday, 18 April 2017 15:28

Notre radio en ligne écoutez aussi notre radio en ligne

Top Tweets

Restez connecté avec 4ème Pouvoir

Recevez nos breaking News Par Mail!

  • Breaking News Alerts
  • Business News Alerts
  • Scoop et faits Divers