EDUCATION: LES ETUDIANTS DE L’ECOLE DES SCIENCES ET DE MÉDECINE VÉTÉRINAIRE DE NGAOUNDÉRÉ ÉCRIVENT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

En grève depuis plus de deux semaines, les étudiants de l’école des sciences et de médecine vétérinaire de l’Université de Ngaoundéré, demandent une intervention urgente du Chef de l’Etat pour la normalisation des études dans cette école.

Ci-dessous la lettre…

 

 

Monsieur le Président de la République,

Nous avons l’honneur de venir à vos pieds implorer la fin de nos souffrances due à une situation chaotique et infernale que nous vivons. Vous êtes notre dernier espoir !

Nous sommes des jeunes Camerounais qui avons passés des examens d’entrées de l’école de sciences et de médecine vétérinaire (ESMV) de l’université de Ngaoundéré. Douze (12) ans que celle-ci est fonctionnelle, elle tarde à décoller, fait perdre le sommeil à nos familles, englouti avec elle nos vies et hypothèque l’avenir des professions Vétérinaires au Cameroun.

En effet Excellence ça fait plus d’une dizaine de jour que nous avons lancé  un énième appel au secours via un mouvement de revendication, à la suite de la tenue du FETUC (forum des étudiants camerounais) pour la normalisation de notre situation. Nous espérions personnellement exposer notre situation désastreuse au MINESUP, le Pr Jacques FAME NDONGO qui s’est fait représenter par le secrétaire général du MINESUP.

Figurez-vous Excellence, l’ESMV compte à présent deux cycles de formations : Ingénieurs de travaux de services vétérinaire (BAC +3) et les Docteurs en médecine vétérinaire (BAC +6) en principe. Seulement, le temps de formation connait des rallonges depuis lors : neuf (9) ans pour devenir Docteur et six (6) ans pour devenir Ingénieur des travaux. Ce qui a créé une accumulation de 14 promotions (9 de Docteurs et 5 d’Ingénieurs) en cours de formation. Avec en tout et pour tout 3 salles de cours et 6 enseignants permanents présents pour donner 171 unités d’enseignements par an.

Qu’avons-nous fait pour mériter un tel sort ? La situation s’enlise depuis lors à cause des promesses faites depuis belle lurette par les administrations de l’école et de l’Université qui tardent à se concrétiser, essayant au demeurant de museler notre souffrance. Notre seul vœu à présent c’est de pouvoir faire un niveau d’étude en un an. D’où le slogan ONE YEAR = ONE LEVEL !

Qu’est-ce que l’ESMV a fait pour ne pas fonctionner comme ENAM, EMIA, les ENS, ESNTP, SUPTIC, FMSP, les IUT, les ENSET, FMSB, ENSP, FGI, ENSAI, FASA, ISH, les CFZV? La jeunesse de l’école ? Pourquoi une école qui a 12 ans ne peut pas permettre à ses étudiants de faire 1 NIVEAU EN 1 AN ? L’ENSET d’Ebolowa, l’ENS de Bertoua et la FMSB de Garoua nouvellement créées, ont débuté les cours en Janvier 2018 et ont bouclé leur première année avant Aout 2018? Y a-t-il deux Cameroun ? Ne sommes-nous pas aussi les enfants de ce pays qui méritent que l’Etat alloue des ressources suffisantes pour la formation comme partout ailleurs ? Excusez-nous, mais nous avons cherché dans tout le Cameroun, nous n’avons pas trouvé une ‘’Grande Ecole’’ en proie à une crise pareille à celle que nous vivons. Nous avons fini par croire que nous somme subissons une discrimination dont nous cherchons encore les mobiles en vain. Parce que à l’ESMV, chèr Président, loin d’être exhaustif, il se passe que :

  • il y a actuellement 3 promotions consécutives bloquées au même niveau d’étude ;
  • nous sommes les premiers à arriver dans le campus en septembre et les derniers à repartir en Aout sans jamais pouvoir finir un niveau d’étude en moins de 15 mois cumulés ;
  • nous suivons un enseignement pour faire les travaux pratiques six mois après, être évalués plus d’un an après, et recevoir les notes plus de 10 mois après l’évaluation ;
  • à 6 ans de formation on est au niveau 3, dans la norme le temps pour sortir un Docteur ;
  • nous suivons des enseignements d’un niveau supérieur et nous sommes évalués sans avoir fini le précédent, pire encore parfois sans les résultats du niveau précédent.
  • on fait trois mois à la maison sans être programmé à suivre un enseignement ou subir un examen ;
  • alors que 3 promotions ont terminé, on a jamais vu une cérémonie de remise de parchemins, une toge de Vétérinaire, ni une cérémonie de prestation de serment d’hypocrate ; comment va-t-on susciter des vocations ? Que fait l’Ordre des Vétérinaires du Cameroun ?

Excellence M. le Président de la République, nous implorons votre intervention !  Nos parents sont épuisés et n’en peuvent plus de nous entretenir, payer les loyers de manière interminable sans résultat. Beaucoup sont décédés sans voir leur enfant sortir de l’école. Dans le rang des étudiants, on ne compte plus les abandons. Et même chez les enseignants, certains sont allés chercher fortune ailleurs.

Terminons Excellence en vous rappelant ce que l’ESMV est la seule Ecole gouvernementale qui forme les vétérinaires dans la zone CEMAC, ce qui veut dire combien le besoin d’une ressource humaine dans le domaine est recherché. Une image : les médecins de santé humaine sont enrôlés près de 1000 par an après l’examen d’aptitude à la formation médicale au Cameroun. Mais nous sommes toujours selon l’OMS à 1,1 Médecin pour 10.000 habitants dans notre pays. Les Vétérinaires sont enrôlés 40 par an, en ajoutant ceux d’un institut privé, l’UDM pour ne pas le nommer peuvent atteindre une centaine pour tout le pays. Imaginons le ratio : il flirte avec zéro ! Encore que, concernant les Ingénieurs de travaux, le concours d’intégration lancé par le MINEPIA depuis quelques années déjà n’enregistre aucune candidature ! Ils sont encore bloqués à l’école. Il y a un besoin de ressources humaines sur le terrain pour participer à l’émergence via l’économie agricole que vous encouragez de tout temps.

Dans l’attente d’une suite favorable, recevez Excellence M. le Président nos vœux de santé et de bonheur de manière anticipée, pour l’année 2019 !

Monsieur le Président de la République,

Nous avons l’honneur de venir à vos pieds implorer la fin de nos souffrances due à une situation chaotique et infernale que nous vivons. Vous êtes notre dernier espoir !

Nous sommes des jeunes Camerounais qui avons passés des examens d’entrées de l’école de sciences et de médecine vétérinaire (ESMV) de l’université de Ngaoundéré. Douze (12) ans que celle-ci est fonctionnelle, elle tarde à décoller, fait perdre le sommeil à nos familles, englouti avec elle nos vies et hypothèque l’avenir des professions Vétérinaires au Cameroun.

En effet Excellence ça fait plus d’une dizaine de jour que nous avons lancé  un énième appel au secours via un mouvement de revendication, à la suite de la tenue du FETUC (forum des étudiants camerounais) pour la normalisation de notre situation. Nous espérions personnellement exposer notre situation désastreuse au MINESUP, le Pr Jacques FAME NDONGO qui s’est fait représenter par le secrétaire général du MINESUP.

Figurez-vous Excellence, l’ESMV compte à présent deux cycles de formations : Ingénieurs de travaux de services vétérinaire (BAC +3) et les Docteurs en médecine vétérinaire (BAC +6) en principe. Seulement, le temps de formation connait des rallonges depuis lors : neuf (9) ans pour devenir Docteur et six (6) ans pour devenir Ingénieur des travaux. Ce qui a créé une accumulation de 14 promotions (9 de Docteurs et 5 d’Ingénieurs) en cours de formation. Avec en tout et pour tout 3 salles de cours et 6 enseignants permanents présents pour donner 171 unités d’enseignements par an.

Qu’avons-nous fait pour mériter un tel sort ? La situation s’enlise depuis lors à cause des promesses faites depuis belle lurette par les administrations de l’école et de l’Université qui tardent à se concrétiser, essayant au demeurant de museler notre souffrance. Notre seul vœu à présent c’est de pouvoir faire un niveau d’étude en un an. D’où le slogan ONE YEAR = ONE LEVEL !

Qu’est-ce que l’ESMV a fait pour ne pas fonctionner comme ENAM, EMIA, les ENS, ESNTP, SUPTIC, FMSP, les IUT, les ENSET, FMSB, ENSP, FGI, ENSAI, FASA, ISH, les CFZV? La jeunesse de l’école ? Pourquoi une école qui a 12 ans ne peut pas permettre à ses étudiants de faire 1 NIVEAU EN 1 AN ? L’ENSET d’Ebolowa, l’ENS de Bertoua et la FMSB de Garoua nouvellement créées, ont débuté les cours en Janvier 2018 et ont bouclé leur première année avant Aout 2018? Y a-t-il deux Cameroun ? Ne sommes-nous pas aussi les enfants de ce pays qui méritent que l’Etat alloue des ressources suffisantes pour la formation comme partout ailleurs ? Excusez-nous, mais nous avons cherché dans tout le Cameroun, nous n’avons pas trouvé une ‘’Grande Ecole’’ en proie à une crise pareille à celle que nous vivons. Nous avons fini par croire que nous somme subissons une discrimination dont nous cherchons encore les mobiles en vain. Parce que à l’ESMV, chèr Président, loin d’être exhaustif, il se passe que :

  • il y a actuellement 3 promotions consécutives bloquées au même niveau d’étude ;
  • nous sommes les premiers à arriver dans le campus en septembre et les derniers à repartir en Aout sans jamais pouvoir finir un niveau d’étude en moins de 15 mois cumulés ;
  • nous suivons un enseignement pour faire les travaux pratiques six mois après, être évalués plus d’un an après, et recevoir les notes plus de 10 mois après l’évaluation ;
  • à 6 ans de formation on est au niveau 3, dans la norme le temps pour sortir un Docteur ;
  • nous suivons des enseignements d’un niveau supérieur et nous sommes évalués sans avoir fini le précédent, pire encore parfois sans les résultats du niveau précédent.
  • on fait trois mois à la maison sans être programmé à suivre un enseignement ou subir un examen ;
  • alors que 3 promotions ont terminé, on a jamais vu une cérémonie de remise de parchemins, une toge de Vétérinaire, ni une cérémonie de prestation de serment d’hypocrate ; comment va-t-on susciter des vocations ? Que fait l’Ordre des Vétérinaires du Cameroun ?

Excellence M. le Président de la République, nous implorons votre intervention !  Nos parents sont épuisés et n’en peuvent plus de nous entretenir, payer les loyers de manière interminable sans résultat. Beaucoup sont décédés sans voir leur enfant sortir de l’école. Dans le rang des étudiants, on ne compte plus les abandons. Et même chez les enseignants, certains sont allés chercher fortune ailleurs.

Terminons Excellence en vous rappelant ce que l’ESMV est la seule Ecole gouvernementale qui forme les vétérinaires dans la zone CEMAC, ce qui veut dire combien le besoin d’une ressource humaine dans le domaine est recherché. Une image : les médecins de santé humaine sont enrôlés près de 1000 par an après l’examen d’aptitude à la formation médicale au Cameroun. Mais nous sommes toujours selon l’OMS à 1,1 Médecin pour 10.000 habitants dans notre pays. Les Vétérinaires sont enrôlés 40 par an, en ajoutant ceux d’un institut privé, l’UDM pour ne pas le nommer peuvent atteindre une centaine pour tout le pays. Imaginons le ratio : il flirte avec zéro ! Encore que, concernant les Ingénieurs de travaux, le concours d’intégration lancé par le MINEPIA depuis quelques années déjà n’enregistre aucune candidature ! Ils sont encore bloqués à l’école. Il y a un besoin de ressources humaines sur le terrain pour participer à l’émergence via l’économie agricole que vous encouragez de tout temps.

Dans l’attente d’une suite favorable, recevez Excellence M. le Président nos vœux de santé et de bonheur de manière anticipée, pour l’année 2019 !

Ci-dessous, la lettre.

letttre ouverte au PRC_ESMV

Facebook Comments
Tags
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close