CAMEROUN – RÉFORMES DES MANUELS SCOLAIRES: LA BONNE AFFAIRE DES PARENTS ET LIBRAIRES

Le livre unique par matière et l’homologation des prix ont considérablement réduit les dépenses liées à la rentrée scolaire.

Le livre unique par matière et l’homologation des prix ont considérablement réduit les dépenses liées à la rentrée scolaire.

Sur les visages des dizaines de parents d’élèves alignés samedi dernier devant la caisse de cette librairie de Yaoundé s’exprimait grandement la satisfaction.  Au-delà de la matérialiser sur leurs visages, ils réglaient leurs factures à cœur joie, sans grogne ou éclats de voix. On doit cette ambiance à la circulaire du Premier ministre datant du 23 novembre dernier portant réforme des manuels scolaires et matériels didactiques au Cameroun.

La politique du livre unique par matière et des prix homologués est donc effective. Il suffit de sillonner les espaces dédiés à la vente des manuels scolaires de Yaoundé pour s’en rendre compte. Les listes des fournitures et leurs différents prix sont d’ailleurs déjà affichés à l’entrée de la majorité des librairies, au grand bonheur des parents.

« C’est une mesure salvatrice. Prenons le cas du français qui était l’une des matières qui nécessitait plus de manuels à savoir : le cahier d’activités, le livres de lecture et d’exercice.  Grâce à la politique du livre unique par matière et des prix homologués, j’effectue des économies allant de 4000 à 5000 F pour cette matière », indique Noah Ngono, parent d’élèves.

Les parents d’élèves ne sont pas les seuls à bénéficier des fruits de cette réforme. Elle dissipe également les doutes de certains libraires.  Cet autre établissement qui s’était retiré de la vente des livres  scolaires « au vu des désordres observés dans le secteur », compte se remette dans le circuit.

« Les manuels inscrits au programme auront une durée de six ans. Nous n’aurons donc plus peur de trainer des stocks non écoulés. Quelle que soit la quantité dont le libraire dispose, il pourra s’en sortir », a confié une responsable de cette librairie. Un point de vue non partagé par d’autres libraires.

« Le libraire sort perdant cette année. Nous avons une librairie assez achalandée mais c’est comme si nous n’avons rien car tous ces livres sont hors programmes », s’écrie Emmanuel Fonkwa, libraire à Yaoundé.

Seul bémol à présent : la disponibilité des livres. « Nous ne disposons que de 40% de livres au programme », indique George Eloundou, libraire. Même son de cloche dans les différentes librairies de la ville de la capitale. «Nous ne disposons que d’anciens livres qui ont été reconduits au programme. Les nouveaux livres ne sont pas encore disponibles », précise Mose Anatole, libraire.

Néanmoins, les acteurs se veulent confiants et rassurent que leurs rayons seront fournis d’ici la fin du mois. « Nous avons contacté les éditeurs. Ils nous ont donné l’assurance que les livres seront disponibles d’ici le 28 août prochain », affirme Emmanuel Fonkwa.

 

Auteur: Maimounatou BOURZAKA / Cameroon Tribune

Facebook Comments
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close