CAMEROUN – ÉDUCATION DE BASE: 177 ÉTABLISSEMENTS FERMÉS POUR LE RENTRÉE 2018-2019

L’arrêté du ministre de l’Education de base indique qu’ils sont mis hors course pour défaut d’actes de création et d’ouverture.

Pas de rentrée scolaire pour 177 écoles privées. L’arrêté du ministre de l’Education de base, Youssouf Hadidja Alim, signé le 18 juillet dernier indique que ces établissements sont épinglés pour défaut d’actes de création et d’ouverture. Pièce importantes et indispensables à l’existence, mais surtout au fonctionnement d’un établissement scolaire au Cameroun.

L’opération qui n’est pas la première dans ce ministère a dévoilé la liste des « clandestins »  dans quatre régions : le Centre, le Littoral, l’Ouest et le Sud-ouest. La région du Littoral détient la palme d’or avec plus de 115 écoles sur les 177 interdites de fonctionner.

Le plus grand nombre est enregistré à Douala III où 76 écoles devront être évitées par les parents. Au lieu dit Cité Berge par exemple, « La Samaritaine » I et II a, entre autres, été interdite.  A Ndogpassi, l’école bilingue « Lotus d’Ananda Marga » et « Stakis la citoyenne », sont sans papiers. A New Deido, l’Ecole bilingue Zina International est sur la liste. Dans la ville d’Edéa,  les écoles « Solidarité » et « de Sikoum » seront non partants.

Dans le Centre, 18 établissements figurent sur la liste du ministère de l’Education de base. Au quartier Manguiers à Yaoundé, le complexe scolaire « Les petits anges » et l’école maternelle et primaire bilingue « Lema » ont été sanctionnés. A Mvog-Mbi cette fois, le cycle maternel de l’école privée laïque « Mvogo Melingui » n’est plus autorisé à fonctionner.  Au quartier Oyom-Abang, c’est la section anglophone de l’Ecole privée laïque « Tecla » qui a été prohibée.

Et à Nkolmesseng, le groupe scolaire bilingue « La Grâce » n’a pas d’agrément. Dans  le département de la Haute Sanaga deux établissements sont à éviter : le groupe scolaire la « Dignité » et le complexe scolaire « Henri Michel », structures basées dans la ville de Nkoteng. Dans la région de l’Ouest, 24 structures ont été interdites tandis qu’au Sud-ouest, 11 écoles figurent sur la liste. Les autres régions n’ont pas été citées.

D’après le texte du Minedub, les  établissements concernés ne pourront fonctionner que  s’ils bénéficient d’un acte de déclaration de création et d’ouverture. Les parents peuvent consulter la liste complète sur le site du ministère : www.minedub.cm ou se rendre au ministère de l’Education de base.
Elise ZIEMINE NGOUMOU  / Cameroon Tribune

Facebook Comments
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close