«100% PRÉSIDENTIELLE»: La CRTV table sur un nouveau format

Selon des sources internes à l’office, un autre synopsis de l’émission-événement est en étude à Mballa II.

Deux productions, deux loupés». Aimé-Robert Bihina, le présentateur vedette de l’émission «100% Présidentielle» se mordrait certainement les lèvres à la lecture de ce post que signe un téléspectateur, ce 23 août 2018. En lançant le programme le 07 août dernier, le rédacteur en chef de l’antenne tv de la Cameroon radio and televsion (CRTV) ne surfait que sur le souci de son employeur de préparer l’opinion publique à la campagne pour la présidentielle du 07 octobre prochain au Cameroun.
Seulement, dès la première édition de cette tranche d’antenne éminemment politique, patatras ! Garga Haman Adji est sans pitié pour Cathy Toulou Elanga. A la jeune recrue de la CRTV, le président de l’Alliance pour la démocratie et le développement (ADD), candidat à l’élection présidentielle, adresse un discours incontrôlé. Il ne rate pas l’occasion d’émettre des réserves sur le format de l’émission à laquelle l’a convié Charles Ndongo, le directeur général de la CRTV. «Juste un coup de théâtre maladroit», ironisait un journaliste de l’office. Le 21 août 2018, c’est au tour de Cabral Libii de soupçonner «100% Présidentielle» de plateforme de sublimation pompière de Paul Biya. Selon le candidat du parti Univers au scrutin présidentiel, opposer un présidentiable à un simple militant du parti au pouvoir relève d’une impolitesse.

Lifting

A la CRTV, on a pris acte. Et même si, à en croire plusieurs sources internes, on n’a guère d’hypothèses pour justifier ce qui est arrivé, la séance d’autocritique de la dernière édition de «100% Présidentielle» a abouti à une résolution. «On va devoir revoir tout», souffle un journaliste du service politique. Pour la nouvelle formule, des indiscrétions révèlent une approche plus soft, évitant de mettre en scène des candidats déchaînés sur le plateau. Sur la foi des mêmes indiscrétions, l’option d’une diffusion du programme en différé a été discutée pour être en phase avec certaines contraintes télévisuelles, la bienséance notamment. «L’aval du DG (de la CRTV) est attendu», allègue-t-on à la direction des contenus TV. Là-bas, l’on affirme que le casting sera désormais soigné. A Aimé-Robert Bihina maintenant de «gérer» l’imprévisibilité des situations et la spontanéité des invités.

Bonne affaire

L’on a également parlé du cadrage de l’environnement de réception de l’émission. Dans le discours actuel interne à la chaîne, priorité est accordée au maintien de «100% Présidentielle» en prime time. Campée sur cette logique, cette programmation a, apprend-on, fait l’unanimité. «Parce qu’elle permet de situer la CRTV à la fois dans un canevas médiatique interne et dans un mouvement plus ample qui voit la concurrence se démultiplier et avec elle, le risque d’une dilution de notre identité médiatique dans une offre surabondante», justifie un rédacteur- en-chef. En filigrane, la suite du discours de ce dernier exprime le choix de s’inscrire dans une démarche plus travaillée en vue de contrer les «autres».
Sur ce plan, l’on capitalise sur les chiffres de la dernière production. «7 300 commentaires, 55 000 vues, 1 600 j’aime et 1 300 partages». Pour le 28 août 2018, la CRTV compte rééditer, à défaut de battre ces records. Même si les candidats pressentis au casting, murmure-t-on, ont jeté l’éponge, il s’agira, cette foislà, de tester le nouveau format.

Jean-René Meva’a Amougou / Integration

Facebook Comments
Tags
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close